Salut les petits gars : le voyage des Lacroix !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 16 juillet 2013

1 semaine à San Francisco et..... retour à Paris !

Mardi 2 juillet nous sommes arrivés à San Francisco pour 1 semaine. Nous y avions loué un appartement dans le quartier de Russian Hill avec Arnaud et Julie. Nous avons eu le plaisir de constater que notre choix était excellent tant pour l'appartement que pour le quartier. Russian Hill permet de se rendre très facilement à pied dans la plupart des quartiers touristiques. Les enfants ont par ailleurs pu profiter du jardin pour jouer au foot et au base ball, leur nouveau jeu favori depuis qu'on leur a offert un équipement.

Allez y les enfants, cassez les vitres des voisins, pas de pb, les gens sont super sympas ici

Nous y avons retrouvé Cédric, le cousin d'Emmanuel qui habite à San Francisco depuis une quinzaine d'années. Nous avons passé de nombreuses soirées avec lui et il nous a largement guidé pour découvrir la ville.

Ca va ? Vous vous marrez bien ?

Moi je le trouve patient Cédric quand même

Elle est bizarre cette église, elle n'est pas du tout raccord par rapport aux immeubles

On se met toujours en ligne quand on mange des glaces

Nous nous sommes fait de bons petits restaus dans le quartier mexicain (mission) et dans le quartier italien.

Ne fais pas la tête Julie, tu vas l'avoir ta pizza

Nous avons visité le quartier chinois

J'ai eu une super idée, on va ouvrir un restau chinois et une blanchisserie dans ce quartier

Nous avons vu la fameuse lombard street, une rue très fleurie en tortillon dans laquelle les voitures font la queue pour avoir le plaisir de la descendre.

Tu n'as pas intérêt à avoir le rhume des foins quand tu habites dans cette rue

Nous avons vu la maison bleue qui avait inspirée Maxime le forestier pour écrire sa chanson San Francisco. Une occasion unique pour nous tous de chanter en coeur devant la maison "c'est une maison bleue, adossée à la colline, on y vient à pied, on ne frappe pas, ceux qui vivent là on jeté la clé...."

Hein quoi, vous avez vu un fox terrier ?

Nous avons vu toutes sortes d'excentricités et d’excès dont sont familiers les américains et nous ne nous étonnions même plus de voir des voitures à moustache, des militants qui comparent Obama à Hitler ou encore des gens qui se promènent tout nu.

Personnellement je préfère la barbe

Comparer Obama à Hitler je trouve ça un peu exagéré du point de vue moustachopesque

Nous avons apprécié les paysages formés par les immenses rues pentues typiques de San Francisco, par le tramway, par le fog arrivant sur la ville, par les parcs ou les bancs qui favorisent des moments de détente et de contemplation.

Ma tu te fog de moi ou quoi ?

On a qu'à dire qu'on va mettre 4 photos de rues d'accord ?

Voilà merci

Bon tu m'en mets encore deux puis on passe à autre chose ok ?

Vous commencez à comprendre l'idée générale ?

Oh une maison verte adossée à la colline !

C'est comme un tire fesse sauf que c'est un pousse fesse et que ça nécessite du travail illégal d'enfant de moins de 15 ans

On a revendu notre voiture pour acheter un tramway, c'est plus tendance à SF

Arrêtez d'abimer ma pelouse bande de voyoux

Nous nous sommes longuement baladés dans le quartier homosexuel de Castro. On y trouve des magasins déjantés, des services pour soigner les ongles des chiens ou encore l'immeuble qui abritait le siège de campagne d'Harvey Milk, ancien politicien, militant de la cause homosexuel, assassiné par un autre politicien.

Ah ils ont la boutanche colorée à castro

On voulait prendre un coffee with milk mais il n'était pas là

On aurait bien envie d'envoyer Barjot et Boutin pour une semaine de stage à castro

Mais non ce n'est pas bizarre comme commerce

On est passé chez Cédric qui habite à Noé Valley, un quartier vraiment vivant juste à côté de Castro et Mission. Il loue un appartement très sympa avec une terrasse sur le toit qui offre une vue magnifique sur la ville.

Tout le monde se doit d'avoir un cousin ou un oncle américain

Et hop une petite photo de famille

N'oublions pas que San Francisco est une ville tournée vers l'océan, ce qui offre de très belles vues. Nous avons ainsi aperçu l'île qui abritait la célèbre prison d'Alcatraz. L'eau à 13°C ne devait certainement pas trop donner envie de s'évader.

Le premier que je vois s'évader je lui tire les oreilles

Nous avons aussi vu et traversé le fantastique gloden gate bridge et nous nous sommes rendus en ferry à Saussalito, un quartier huppé relié à SF par ce pont.

On ne va pas se mentir, c'est un grand pont

C'est Yves Duteil qui va être content de voir ce petit pont qui traversait naguère tin tin tin

Puis, le dimanche, dernier jour avant le départ, nous sommes allés voir Cédric chanter dans sa chorale gospel, Glide, une sorte d'ovni qui mêle des blancs, des noirs, des asiatiques, des transsexuels, des travestis, des homosexuels excentriques ou plus classiques, des hétéros, des vieux, des jeunes... Bref vraiment de tout dans un esprit d'ouverture, de tolérance et de joie. La chorale est extrêmement connue à San Francisco et les guides touristiques conseillent vivement d'aller assister à une messe qu'ils animent le dimanche matin ; ce que nous avons fait. Nous ne l'avons pas regretté, c'était un moment magique, joyeux et drôle et les chants étaient magnifiques.

J'en vois un qui ne chante pas à droite

Puis, le lundi 8 juillet, nous avons pris l'avion à San Francisco pour un long trajet du retour en essayant de ne pas trop regarder la carcasse de l'avion qui venait de se crasher à San Francisco ce qui perturbait pas mal les départs. Ainsi notre trajet San Francisco - Los Angeles - Londres - Paris a bien failli s'arrêter à Los Angeles où nous n'avons finalement eu que 25 minutes pour descendre de l'avion et changer de terminal. Au final nous sommes arrivés au 83 avenue du maine après 25 heures de voyage en comptant les deux heures trente de bouchon pour rejoindre notre logement parisien depuis l'aéroport. Un grand merci à Cécile et Alex de nous avoir prêté leur appart pour notre retour, les enfants étaient enchantés de retrouver notre ancien immeuble pour trois jours.

Merci à tous pour vos nombreux commentaires et vos mails tout au long de notre voyage. Ce voyage fut extraordinaire mais nous sommes très heureux de rentrer en France pour vous retrouver après ces quelques mois.

This is the end ! On est pas prêt d'oublier ce fabuleux voyage

samedi 13 juillet 2013

Petite info-bulle

On doit vous dire qu'on est revenu en France le 10 juillet. On va rapidement publier le dernier article sur San Francisco. Grosses bises à tous !

lundi 8 juillet 2013

Non mais ALLO QUOI, tu es un mec, tu es sur la côte ouest et tu ne vas pas à Vegas ? Ben non puisqu'on passe trois jours sur la highway 1 entre Los Angeles et San Francisco

Le samedi 29 juin nous avons quitté Los Angeles pour faire la highway 1 qui permet de rejoindre San Francisco en suivant la côte. Si vous avez été bien concentrés dans la lecture du blog, on peut s'autoriser une allusion en disant que c'est un peu la "great ocean road" de la côte ouest américaine.

A Los Angeles nous étions passés un peu rapidement sur les évocations cinématographiques en ne parlant même pas du prince de Bel Air (les débuts de Will Smith) mais il faut avouer que nous n'avions fait qu'effleurer le quartier de Bel Air. On va se rattraper dans cet article puisque la première plage que nous ayons aperçue sur la highway 1 est la plage de Malibu. Autant vous dire que nous avons traqué les alertes pour entrapercevoir Pamela Anderson mais sans succès. A la place nous avons vu trois mille voitures garées le long d'une plage de 20 mètres de large pleine à craquer, dans le fog et bordant un océan dont l'eau est gelée.

C'est sympa Malibu hein ?

Mais comme on est quand même contents d'avoir vu Malibu on vous met une photo de la pancarte d'un restau de fruits de mer. Et puis en prime on vous met la cabane des sauveteurs de Malibu.

Et sinon Magnum il est toujours à Hawaï ?

Je me demande si cette langouste n'est pas plus sexy que Pamela Anderson

Nous avons ensuite visité la mission Saint Inès qui date de l'époque où les espagnols s'étaient donnés pour objectif d’évangéliser les indiens d’Amérique.

Amen

Oh, regarde la bonne idée, ils se sont pris tous ensemble en photo dans la mission. Quel spectacle, ce blog est génial

Nous avons roulé le long de la highway 1 et profité de ces beaux paysages.

Ca c'est ma photo préférée donc je ne fais pas de blague pour laisser place à l'émotion qui vous submerge

Et sinon y a moyen de boire un café dans le coin ?

C'est très bien fait, il y a des paysages ciblés. Là on était dans le rayon vaches et ruminants divers

Surf in USA

Nous avons aussi aperçu les premiers vignobles ainsi que les centaines d'hectares consacrés à la culture de la fraise.

Vive le vin californien, hips !

Si tu aimes la gariguette tape dans tes mains

Puis nous avons atteint notre première étape : la ville de Santa Barbara !

Il convient dès lors de laisser place à la musique afin de se mettre dans l'ambiance de cette ville mythique en allant sur You tube pour écouter le générique de Santa barbara.

Et puis comme on veut renforcer le stéréotype, on se met une petite voiture santabarbarienne pour montrer que Cruz Castillo et Kelly essayent toujours de camoufler leur véhicule au milieu des orangers.

J'ai changé le carbu hier

Le cadre étant maintenant fixé, nous pouvons évoquer cette ville. D'abord, comme on l'imagine, Santa Barbara a une plage.

Mazette, mais on dirait vraiment Santa Barbara !

Oh les belles gazelles !

Ensuite, un peu comme dans tous les autres endroits du monde, on peut y manger des glaces et des "frozen yogourts". Et comme on aime ça, on l'a fait.

Ah le gourmand, il ne s'est pas pris le petit modèle !

En fait on ne sait pas trop quoi raconter d'autres sur Santa Barbara car c'est surtout une grande plage, un wharf et des magasins, mais le tout crée une ambiance très agréable et sympa.

Nous avons ensuite quitté Santa Barbara et avons repris la highway 1 en direction de Monterey. Nous nous sommes arrêtés pour observer une colonie d'éléphants de mer qui glandouillaient en bord de plage.

Ca fait un peu penser aux plages de méditerranée

On dirait le duel Hollande Sarko

Est-ce que vous saviez que le gros pif des éléphants de mer continue de grossir tout au long de leur vie ? Ah, on se cultive sur ce blog hein ?

Et puis comme il n'y a pas de raison de voir uniquement des éléphants de mer, on a aussi vu des loutres.

Je rêvais d'un loutre monde, où la terre serait rectongle

Nous sommes ensuite arrivés à Monterey où nous avons fait de bons repas sur le wharf...

Wharf wharf wharf

Ah ça on peut dire que Marine s'en est mis plein la panse

...visité l'aquarium et apprécié particulièrement la partie dédiée aux méduses, les animaux étonnants comme les dragons de mer et le bassin des requins qui ne sont pas nourris et qu'on voit donc chasser dans les bancs de petits poissons qui sont sadiquement mis avec eux ...

Je suis complètement médusé par cette magnifique photo

Oui le machin vert c'est un animal

... fait de belles balades dans des parcs naturels. Le fog nous a accompagné par moments...

Il y avait tellement de fog qu'on ne voyait plus les frogs

Allez, on se balade, hop hop hop, on ne perd pas de temps !

Les arbres ont un peu rouillé

Les oiseaux ne se cachent pas pour déféquer

C'est il pas joli cette histoire ?

Nous avons aperçu des otaries pendant notre promenade.

Otarie va qu'elle heure ?

Puis, après deux nuits à Monterey, nous avons repris la route pour rejoindre San Francisco. En chemin, nous avons fait de petits stops très agréables.

On est bien peinards, les oreilles au vent et le nez en éventail

Merci de montrer la même chose de derrière sinon on aurait pas compris que c'est très joli

Voilà merci, comme ça on a vraiment bien compris que c'est très joli

Bon là je sens que ça commence à vous lasser les beaux paysages de la highway 1

mercredi 3 juillet 2013

Arrivée en Californie : trois jours à Los Angeles

Nous sommes arrivés le mercredi 26 juin à Los Angeles après une courte nuit d'avion (le trajet dure 8 heures).Voilà la preuve, alors tu me crois maintenant qu'on était à Beverly Hills L'arrivée sur Los Angeles est spectaculaire tant la ville est étendue. On aperçoit depuis le ciel les fameux échangeurs routiers qui laissent présager une conduite un peu stressante et on voit les nuances entre quartiers, certains faisant apparaître des piscines en enfilade alors que d'autres semblent beaucoup plus populaires.

Nous avons commencé par louer notre voiture, taille XXL comme il est d'usage aux Etats-Unis, puis nous avons rejoint notre hôtel à Beverly Hills. La vache, c'est fou comme il ressemble à Eddie Murphy, on s'y croirait A défaut d'avoir rencontré les acteurs de la série Beverly Hills, nous ne pouvons pas résister à l'envie de mettre une photo du "flic de Beverly Hills" pour faire plaisir à tous les amateurs de cinéma d'auteur.

L'après midi nous sommes allés dans un grand mall de Beverly hills pour faire un peu de shopping et goûter aux joies de l'abondance américaine. Dans la foulée nous y avons trouvé un bon restau mexicain pour tester les fajitas, tacos et guacamole made in california.

Le lendemain nous sommes allés nous balader dans le centre ville de Los Angeles où nous avons pu apercevoir de magnifiques constructions biscornues et d'autres aux allures mexicaine. Nous avons même visité, à Olivera street, la plus ancienne maison de Los Angeles qui date de 1818 !

Mais pousse toi Félix, on voit rien

En voici encore du biscornu

Oh là là, mais que ça ressemble au Mexique ici, tu as parfaitement raison dans ton article du blog

Puis nous avons mis le cap direction Santa Monica, considérée comme un des lieux les plus agréables à vivre de Los Angeles. Santa Monica est en bordure d'océan et nous avons été confronté pour la première fois au fameux "fog" de la côte ouest, un brouillard qui n'a rien à envier à son équivalent normand, breton, picard ou nordique. Le fog californien est assez étonnant car il effleure la côte et n'entre que très peu dans les terres, on peut donc avoir un temps magnifique à 100 mètres de l'océan et ne pas voir à 10 mètres lorsqu'on est sur la plage. On a pu constater que le californien aime bien faire de la musculation torse nu en bord de plage. La réputation des californiens d'être très attentifs à leur corps n'est pas une légende.

Allez vas y t'es un bouffon !

Ca c'est du vrai sport !

Swartzy n'a qu'à bien se tenir !

Le soir, nous avons retrouvé à Santa Monica Arnaud et Julie (le frère de Marine et sa copine) qui étaient arrivés en Californie quelques jours auparavant. Les enfants étaient très heureux et ont sacrément fait la fête à leur "tontoncle" et à Julie.

Salut mon beaufy et Julie !

Nous avons fêté nos retrouvailles autour d'une bonne viande et d'une bière dans un bon bar américain bien typique avec une centaine d'écrans dans le restaurant.

Faut qu'on se rattrape on a pas eu de TV pendant 6 mois

Le lendemain nous avons visité le quartier d'Hollywood avec ses étoiles sur le sol,

Je ne parle pas de la star qui est dans une poussette

la marque des mains des grands acteurs dans le béton devant le "chinese theatre",

Cet acteur là il aurait pu remporter la palme. Ouarf ouarf

un beau point de vue sur les lettres géantes HOLLYWOOD,

Tout ça pour des chewing gums, pas de quoi en faire un plat

l'animation de la rue et les dizaines de figurants costumés ou imitant les stars du cinéma américain : marylin, donald, dark vador, le gros type barbu de very bad trip, spiderman,.... tous sont là pour prendre des photos en compagnie des touristes. Or nous sommes des touristes ! Voici donc notre photo :-)

Vous êtes mes fils Léonuc et Féluc

des gens très engagés dans leur croyance comme on il est d'usage en Amérique.

Moi je voulais organiser une manifestation pour annoncer le retour de casimir à la TV

Nous sommes également allés à Venice beach, un quartier de bord de mer dans le prolongement de Santa Monica. Venice beach est le paradis des gens complètement allumés. On y trouve tous des originaux de toutes sortes et des commerces bizarroïdes qui côtoient les vendeurs de hamburger et les magasins de souvenirs. Le nom de Venice beach n'est pas usurpé car on peut également s'y balader le long de petits canaux qui évoquent le Venise italien. Nous nous sommes baignés et nous avons retrouvé bien entendu retrouvé les sportifs et le fog !

Vous pouvez venice par ici ?

Sauras tu retrouver Phileas ? Je te donne un indice, il est avec son copain Fog

Elle m'a quand même l'air un peu pourpre cette maison non ?

Ah c'est sûr qu'on se croit tout de suite en Italie, c'est fou hein ? Enfin, plutôt à Bruges avec le fog

Les bacs à sable américains sont très grands

Youpih on va manger des brocolis ce soir !

Nous sommes également allés nous balader en voiture le long de Mulholland drive, une route tortueuse qui domine Los Angeles et qui a été rendue célèbre par David Lynch. Cette route vaut vraiment le détour, elle offre une vue exceptionnelle et les maisons qui la bordent sont magnifiques.

Allez, fonce, il faut encore qu'on voit une vingtaine d'autres quartiers et on a plus qu'une heure

Et nous nous sommes aussi promenés le long de Sunset boulevard, le cœur de l'animation de la ville.

mardi 2 juillet 2013

Deux jours à Tahiti et fin de la Polynésie

Nous avons rejoint Tahiti le dimanche 23 juin après une semaine magique à Mataïva.

Nous sommes retournés à la pension Damyr où nous avions dormi lors de notre première nuit en Polynésie. Elle bénéficiait d'une vue sublime et les propriétaires nous avaient gentiment proposé de garder plusieurs de nos sacs au cours de nos excursions à Mooréa et Mataïva. Deux bons arguments pour retrouver notre petite maison pas loin de l'aéroport.

Puis nous avons loué une voiture pour réaliser le tour de l'île que nous n'avions pas pu faire lors de notre premier passage à Tahiti. Nous avons notamment vu le trou du souffleur, un trou dans la roche par lequel s'échappe une sorte de geyser d'eau de mer. Nous avons également visité "les trois cascades" et eu un bon aperçu de la côté est.

On y croit carément hein ?

Pour le déjeuner, nous avons de nouveau craqué pour Loula et Rémy, un restaurant situé sur l'isthme réunissant Tahiti Nui et Tahiti Iti que nous avions déjà adoré la première fois.

Le lendemain, nous avons rejoint Eliette qui était avec nous à Mataïva et nous avons visité le musée de Tahiti avec elle avant de faire un tour des vendeurs de tissus et de perles. Nous avons ensuite visité le marché avant de déjeuner dans une sympathique table qu'Eliette connaissait bien.

Bonjour le marché, je voudrais un kg de papayes et une foufourchette pour les manger

Michel, le mari d'Eliette, nous a rejoint en fin d'après midi et nous avons pris le chemin des roulottes pour dîner avec Guillaume, un autre compère de Mataïva. Les roulottes sont des petites camionnettes qui proposent au choix des crèpes, des sushis, ou encore des viandes et des poissons grillés, tout ça à déguster sur de grandes tables communes sur la place Vaiete de Papeete. L'ambiance y est très sympathique et la nourriture très bonne ce qui assure à cette place une solide réputation à Tahiti.

Il n'y avait même pas de choucroute !

Nous étions pour notre part très heureux de partager ce dernier repas avec ces personnes que nous avions vraiment appréciées lors de notre séjour polynésien.

Salut les amis ! Buvez une Hinano à notre santé

Cerise sur le gâteau, Michel, Eliette et Guillaume nous ont accompagné à l'aéroport et nous ont offert de magnifiques colliers de coquillages. Puis, après ces au revoir chaleureux, les enfants se sont endormis comme des masses en attendant l'avion qui décollait à minuit.

Ah ça il n'y a plus personne quand il s'agit de faire face à l'adversité

Mardi 25 juin nous avons donc quitté la Polynésie pour la Californie, dernière étape de notre voyage.

mercredi 26 juin 2013

Une fantastique semaine sur l'atoll de Mataïva

Dimanche 16 juin, nous sommes partis pour Mataïva, un atoll des Tuamotu de 200 habitants. Nous nous demandions vraiment à quoi pouvait ressembler la vie sur une île constituée d'un anneau de 30 km de circonférence et reliée au reste du monde par deux vols par semaine et un bateau tous les 15 jours. Il n'y a pas de restaurant, pas d'hôtel, pas de snack, pas de bar, juste trois pensions chez l'habitant. Il n'y a pas de médecin sur l'île mais une infirmière, Alphonsine, qui peut joindre un médecin de Papeete par téléphone en cas de besoin. Or c'est bien entendu l'endroit qu'a choisi César pour flirter avec les 40°C pendant 48 heures et vomir tout ce qu'il ingurgitait.

Mise à part cette petite péripétie, nous avons été servis au delà de nos espérances et avons tous adoré l'expérience.

Nous avons dormi à la pension Ariiheevai qui propose 5 ou 6 bungalows au bord du lagon.

Mataïva, nous voilà !

Ambiance de la pension

Oh là là, encore une très sympathique famille !

Je veux rester là toute la vie !!!!!

Le lagon devant la maison, il me fait un peu penser à un cocktail avec du curacao, du rhum et du jus de banane.

L'adresse nous avait été conseillée par Anne-Clémenence, une amie de Marine qui avait vécu quelques années à Tahiti. Le conseil était parfait. Quel accueil ! Alphonsine, François, Jules, Jennifer, Jonathan, les filles et les gendres d'Alphonsine... Tout le monde était d'une gentillesse et d'une disponibilité difficiles à décrire tant cela est exceptionnel. Au moment du départ, nous avons vraiment eu le sentiment étonnant de quitter de très bons amis et les chaleureuses embrassades étaient sincères.

La pension accueillait d'autres personnes :

  • une famille polynésienne au grand complet avec grand-père, grand-mère, deux enfants, gendre et belle-fille et un petit fils
  • un couple de métros installé à Tahiti depuis un an : Michel et Eliette
  • un voyageur seul, Guillaume, qui venait de passer une année en Nouvelle-Zélande et qui se faisait un petit périple avant de revenir en France

Tous ces gens étaient également extrêmement intéressants et gentils et nous avons passé d'excellents moments en leur compagnie. Nous en avons même retrouvé certains à Tahiti avant notre départ mais chut ... il n'est pas encore temps de parler du départ de Polynésie puisque nous sommes à Mataïva...

Cette petite introduction étant faîte, comment raconter Mataïva ?

Il y a en premier lieu une forte dimension humaine : Mataïva rime avec le mot "rencontres". Vous l'avez compris, nous avons fait de belles rencontres. Nous avons eu le sentiment de vraiment partager la vie d'une famille polynésienne et nous nous sommes sentis adoptés par nos hôtes et par les autres pensionnaires (et réciproquement).

En second lieu, le mot lagon s'impose. La beauté du lagon est renversante. L'eau n'y est pourtant pas aussi limpide qu'ailleurs mais les paysages sont splendides et il nous arrivait de prendre en photos 30 à 40 fois le même paysage tant nous avions peur de ne pas en capter la beauté.

Léonard a un t-shirt rouge, ça risque d'attirer les requins taureaux

Mange proprement et lave toi les mains avant de venir à table

Ca y est tu peux respirer

Voilà, merci !

Là on a fait un barbecue. Enfin, moi je l'ai surtout mangé

Bon une dernière photo de lagon pour la route

En troisième lieu, et ce n'est pas le moindre des paradoxes, le mot organisation vient à l'esprit. En effet, nous avons passé une semaine rythmée par de multiples activités organisées par nos hôtes avec une efficacité et une simplicité qui forcent le respect. Tout coulait de source, tout semblait simple, tous étaient disponibles, sympathiques et souriants et pourtant on voyait bien qu'ils travaillaient beaucoup.

Tout cela ayant été dit, nous vous dirons en vrac que nous avons fait des barbecues extraordinaires,

Une petite langouste avec votre café ?

BBQ XXL

que nous avons fait des festins à la pension ou en vadrouille un peu partout sur l'île,

Oh là là, ça, mais alors ça, c'est vraiment trop bon

que nous avons appris à tresser des assiettes,

Assiette tressée par les Lacroix s'il vous plaît !

que nous avons pris des bains délicieux,

Allez, profite, dans 4 semaines tu es de retour au boulot

C'est pas un peu fini de rester dans l'eau comme ça ? Est-ce que je reste là à ne rien faire moi ?

que nous avons fait des balades en kayak,

Kayak kayak, iéké iéké kayaké

que nous avons fait des sorties en bateau,

Jules, le pro du slalom entre les patates de corail

Salut les mecs, vous faîtes quoi là ?

Et Marine, les enfants se tirent avec le bateau !

que nous avons fait des excursions en voiture,

Nous voilà sur l'autoroute en train d'essayer de semer les keufs qui nous poursuivaient

Que nous avons ramassé des bernards l'ermite pour qu'ils servent d’appâts pour la pèche.

Oh Félix, t'as trouvé Bernard ?

que nous avons péché dans le lagon et dans l'océan,

Léonard a attrapé un poisson de 2m50. Si si je vous jure

que nous avons fait des colliers de coquillages,

Maine qui enfile les perles

que nous avons fait du snorkeling,

C'est clair comme de l'eau de roche cette histoire de Mataïva

que les enfants ont joué tous les jours au baby foot, au billard et au trampoline,

Le soir pour m'endormir je comptais les sauts de Félix

qu'une fois tous les trois jours ils ont joué à l'Ipad parce que sinon on est vraiment trop méchants comme parents

L'Ipad arrive encore à concurrencer le lagon

que les parents ont joué tous les jours à la pétanque,

Les tahitiens sont imbatables à la pétanque

que nos journées ont été accompagnées par la musique polynésienne, que nous avons vu un poisson ballon se gonfler devant nous, que nous l'avons ensuite mangé en brochette (attention c'est mortel si c'est mal préparé).

C'est un poisson ballon de basket ou un poisson ballon de foot ?

que nous avons visité un très beau marae au bord du lagon

Vous en avez marre qu'on vous montre toujours des photos de maraes ?

Que nous avons vu le fameux (fameux à Mataiva) rocher de la tortue.

Cette forme de queue de baleine c'est le rocher de la tortue. C'est bizarre d'avoir choisi ce nom. Ce serait mieux de l'appeler le cailloux du cachalot

Bref, que nous avons fait pleins de choses et que c'était magnifique.

Un peu de rabe de Lagon

Manu manu rêva...du lagon de Mataïva

Bébé coco miam miam. Non mais sinon on sait parler quand même.

C'est une sorte d'italien avec des habits du futur et qui s'est échoué sur une île

Marine est comme un petit corail sauf qu'elle est pas dans l'eau et qu'elle porte César

Moi je dis que c'est un peu jaune

Oh la sympathique famille !

Puis le dimanche 23 juin est arrivé le moment du départ et du retour pour Tahiti. Quelle tristesse de quitter un endroit aussi paradisiaque et des gens aussi gentils.! Nous avons dit au revoir à nos fantastiques hôtes en espérant vraiment revenir un jour. Puis nous avons été décorés comme de vrais sapins de Noël car, en Polynésie, le départ et l'arrivée sont des moments importants qui sont systématiquement marqués par la remise de colliers de fleurs et de coquillages. On a même eu des chapeaux tressés !

Nous sommes toujours très distingués

Au revoir Mataïva et merci à la pension Ariiheevai !

dimanche 16 juin 2013

Petite parenthèse enchantée

Coucou a tous,

Bonne fête Papa !

Nous partons dans une heure pour une semaine sur l'atoll de Mataiva dans l'archipel des Tuamotu (200 habitants, 0 hotel, trois pensions chez l'habitant).

Y a pas internet !!!!!!!

Nous n'aurons pas accès à internet mais nous serons joignables sur notre portable en cas de besoin. Les parents d'Emmanuel et la maman de Marine ont le numéro. Petit rappel : il y a très exactement 12 heures de décalage horaire avec la métropole.

Retour a Tahiti prévu le 23 juin avant de nous envoler pour Los Angeles le 26 juin.

vendredi 14 juin 2013

13 jours à Mooréa ça continue... et ça se termine...

Toujours à Moorea, nous avons bien profité de ce stop de 13 jours. Nous avons fait de nombreuses rencontres sympathiques et avons pris le temps de ne rien faire.

Mais c'est une contrefaçon grossière du coeur de Voh de Nouvelle-Calédonie !

Nous avons aussi pris le temps de bons petits déjeuners accompagnés par des papayes, des fruits de la passion des ananas et de bons croissants. C'est Léonard qui se charge d'aller chercher les ananas chez un copain à lui.

Et est-ce que vous auriez un petit pois pour notre repas de ce soir ?

Dis donc Félix, c'est la joie ce matin

Nous avons pratiqué de petites activités tranquilles et plaisantes : de la baignade,

Mailloche !

Quand on le baigne on ne lui met pas de couche, mais chut, c'est un secret

de la glandouille au bord de la plage

telles de petites libellules, nos adorables garçonnets se sont délicatement posés sur des petites virgules de résine au milieu des flots. Bref, ils glandent sur des transats.

du snorkeling,

Pas terrible les HLM chez les poissons, on va vous envoyer le Corbusier, ou du moins ce qu'il en reste...

Le poisson perroquet c'est un peu le genre à dire : oui, moi j'ai plein de couleurs, et tout et tout...

Nouveau, le poisson avec le citron déjà incorporé pour qu'on puisse le manger plus vite

de la lecture sur la plage

Comme Léonard vient de terminer toute l'oeuvre de Zola il n'a plus rien à lire alors il se rabat sur Foot magazine

du foot (activité incontournable pour les enfants qui y jouent au moins deux heures par jour).

Là les enfants sont à l'entrainement en attendant que d'autres personnes s'intéressent et participent à leur match de foot. Généralement ça marche...

un spectacle traditionnel polynésien

Je vais vous dire un secret : les polynésiens ne sont pas toujours habillés comme ça

ou encore des petits restaurants sympathiques

L'avantage c'est que quand tu as réussi à grimper là-haut tu as faim

Sans oublier bien sûr un peu d’école mais le programme de CE1 est maintenant terminé.

Nous avons également visité l’usine de jus de fruits (Rotui) et une fabrique de monoï et sommes maintenant incollables sur la fleur de Tiaré.

On a fait des analyses médicales : RAS

Ce sont presque nos copains maintenant Nous avons une nouvelle fois aperçu des requins dans des circonstances assez inattendues : nous en avons vu un qui se baladait tranquillement devant nous pendant que nous prenions notre déjeuner dans un snack sur la plage. Le lendemain soir, nous en avons encore vu plusieurs dans des circonstances assez proches : nous dînions dans un restaurant sur pilotis avec de nombreux spots qui éclairaient le lagon et plusieurs requins, visiblement attirés par les restes des cuisines, sont venus se promener juste sous nos pieds.

Nous avons également tenté quelques expériences un peu novatrices pour nous. Ainsi, Emmanuel s’est initié au maniement du kitesurf, expérience qu’il a jugé à la fois sympathique, unique et un peu stressante. Sympathique pour les sensations grisantes de se retrouver traîné par la puissance du vent ; unique pour le cadre incroyable de cette initiation qui s’est faite dans un lagon entre deux îlots avec des raies de deux mètres qui nageaient autour de lui ; et enfin un peu stressante aussi car les fortes rafales l’ont plusieurs fois projeté à 3 ou 4 mètres avec une violence qu’il n’avait pas soupçonnée avant de tenter l’expérience.

Bien entendu personne ne doute que c'est Emmanuel sur la photo

Marine et Emmanuel ont fait leur baptême de plongée pendant que les enfants étaient gardés par une baby sitter (encore plus fort qu’en Australie au niveau tarif, ici c’est 30 euros de l’heure). Ils ont trouvé cette plongée fantastique ; au-delà des traditionnels poissons et coraux, ils ont vu une tortue et un requin à pointe noire. Le fait de voir une tortue d’aussi près a notamment suffit à les rendre heureux de l’expérience.

C'est pas super pratique de porter l'air qu'on respire sur son dos, finalement on fait bien d'habiter sur terre

Oh un corail surprise avec plein de poissons à l'intérieur ! Merci Marine

Bonjour Raymond Barre !

Enfin, Léonard et Félix ont participé à un programme de rencontre des tortues et des dauphins organisé par le « dolphin center » de Moorea. Programment au cours duquel ils sont allés dans l’eau et ont joué avec un dauphin semi apprivoisé.

Et flipper, tu t'es brossé les dents ce matin ?

César a quant à lui piloté un hydravion et fait un saut en parachute avec 10 minutes de chute libre.

Si si c'est César bien entendu, je ne vois dailleurs aucune raison d'en douter

dimanche 9 juin 2013

Arrivée à Mooréa

Lundi 3 juin nous sommes partis pour Mooréa à 30 minutes de bateau de Tahiti. Cette île nous a tout de suite paru sympathique avec son relief très accidenté et son lagon magnifique.

Bon tout ça je vais le raser, puis je bétonne et je fabrique le plus grand centre commercial d'Océanie. C'est cool hein ?

J'ai plus trop de blagues avec les montagnes. J'avais pensé à un truc sur les chaussures de ski mais ça fait un peu déjà vu. Vous ne nous en voulez pas si on passe ?

Arrète ta frime avec ton lagon, il est plein de tâches, il est tout bleu et il sent le poisson ton lagon !

Prends moi en photo pour le blog

Nous avons posé nos bagages pour 13 jours à l'hôtel "les Tipaniers" qui propose des bungalows très agréables au bord de la plage. La plage de l'hôtel fait rêver : une eau transparente, des massifs coralliens pleins de beaux poissons et des transats sous les cocotiers. On y resterait bien trois mois...

Oh là on sent qu'on va glandouiller sec

C'est la nouvelle pub Evian

Je sais pas où sont les tipaniers, mois j'ai trouvé que les groscocos

Oui nos enfants continuent à penser qu'ils sont des superhéros

Nous avons vite pris le rythme polynésien et avons enchaîné les journées de détente faîtes de baignades dans le lagon, de promenades dans l'intérieur ou autour de l'île, quelques visites de maraes ou encore une découverte des plantations du lycée agricole et une dégustation de jus de fruits, glaces et confitures. Il n'y a pas à dire, quand on travaille avec des fruits d'une qualité exceptionnelle (ananas, mangues, papayes, citrons verts...), on fabrique de bons produits :-)

On aurait bien sacrifié nos enfants mais on a pas trouvé la personne habilitée à pratiquer des sacrifices

De temps en temps on se croit un peu au paradis...

J'en ai acheté 10 d'un coup comme ça j'ai eu une remise.

On en a pêché deux mais ils ne faisaient pas la taille minimale

Si c'était le paradis, là j'aurais un verre de pina colada. Mais bon, ça doit être jouable...

Marine s'est camouflée en Lagon, sauras-tu la reconnaître ?

Marine, Léonard et Félix ont fait une petite plongée avec des scaphandres ce qui leur a permis de rencontrer et même de caresser plusieurs raies et d'observer une murène.

C'est marrant, ils ont l'air plus studieux que quand on leur fait l'école

On dirait Tintin et les deux Dupont dans le trésor de Rackham le rouge

On a croisé Murène Robin, on lui aurait bien demandé une petite blog

Puis nous avons loué un bateau pour nous promener dans le lagon de manière autonome. Pendant que César se faisait une bonne sieste à l'avant, nous avons bien plongé et admiré les poissons et les coraux.

Capitaine Cook et capitaine Lacroix sont dans un bateau, qui cuisine ?

Voilà, on vous avait bien dit que Manu avait rajeuni avec cette histoire de revenir une journée en arrière en arrivant en Polynésie

Qu'est ce que tu cherches ? T'as perdu tes clés ?

Au fait, quelqu'un a jeté l'ancre ?

Les précédents locataires avaient oublié un enfant endormi sur le bateau, on n'a pas trop su quoi en faire, alors on l'a laissé là. Sans doute y est-il encore...

Nous avons ensuite rejoint un endroit connu pour être un bon spot d'observation des requins à pointe noire et des raies. Les requins à pointe noire sont connus pour être généralement pacifiques et de taille raisonnable (de 1m50 à 2m maximum), il est donc possible de se baigner en leur présence sans que cela ne soit risqué (on évite juste d'arriver dans l'eau en étant sanguinolent). Après avoir observé les requins et les raies depuis le bateau pendant quelques minutes, Manu s'est lancé le premier et est descendu dans l'eau immédiatement suivi de Léonard et Félix puis de Marine et César. Quel moment incroyable ! On ne vous cachera pas qu'on avait une petite pointe d'appréhension avant d'entrer dans l'eau (On a quand même vu tous les films des "dents de la mer", ça ne s'oublie pas comme ça :-)).

Heureusement, je ne suis pas plombier

Une île, un lagon, un requin, il ne manque rien. A part peut être une pina colada.

On dirait Dupont et Dupond

Marine et Félix prêts à défendre leur peau à coups de tubas

vendredi 7 juin 2013

2 jours supplémentaires à Tahiti

Le Samedi 1er juin nous avons quitté la presqu’île de Tahiti Iti et le fameux spot de Teahupoo pour rejoindre la partie principale de l’île de Tahiti qu’on appelle Tahiti Nui. Une fois n’est pas coutume, nous avons décidé de nous offrir une chambre à l’hôtel Méridien (parce que je le vaux bien comme dirait l’autre).

Malgré nos recherches nous n’avons pas réussi à trouver un bungalow sur pilotis pour 5. En fait on a eu un tantinet l’impression que ces bungalows sont faits pour les couples en voyage de noce, qui roucoulent toute la journée et se boivent des cocktails en écoutant les vagues…. et que trois chiards risqueraient de bousculer un peu les nuits paisibles des amoureux. On ne peut pas vraiment leur donner tord, voire même plus : on leur donne complètement raison.

Tu mets un calgon tous les matins et tu as la même eau chez toi

Nous avons donc posé nos valises dans une chambre familiale bien ancrée sur terre et avons assez rapidement apprécié la glandouille dans l’immense piscine de l’hôtel dont le fond était couvert de sable et les contours aménagés en plage ce qui nous a vraiment rappelé la piscine de Brisbane.

Ca manque quand même un peu de poissons cette histoire

Finalement la piscine c’est presque aussi agréable que la mer quand il s’agit juste de faire la planche en ne pensant à rien. Pendant ce temps, les enfants alternaient entre la piscine, les tables de ping-pong et le terrain de tennis.

C'est ça, entraînez-vous ! Vous avez encore du boulot si vous voulez battre vos parents

Nous avons juste quitté notre hôtel pour aller dîner dans une pizzeria à proximité où nous avons eu la joie d’arriver en pleine soirée karaoké. Nous nous distinguâmes par un sublime élan de mièvrerie : Emmanuel voulait chanter « Laisse Béton » de Renaud mais le DJ ne l’a pas trouvée et a dit à Emmanuel « à la place je te mets « prendre un enfant par la main » d’Yves Duteil, ok ? » « Bon d’accord à répondu Emmanuel ». Et là les trois zozos ont rappliqué pour rester à côté de leur père pendant qu’il chantait ! Un grand moment !

Nous sommes également allés visiter quelques vestiges archéologiques et en particulier des maraes. Les maraes étaient les lieux de culte polynésiens et servaient aux prières et aux sacrifices. Il s’agit généralement d’une plate-forme faîte de pierres volcaniques ou de coraux avec des arbres et des statues qui sont censés protéger le lieu.

T'en a pas marae d'être une statue ?

Nous avons quitté Tahiti Nui le 3 juin pour nous rendre sur l’île de Mooréa qui se situe à une vingtaine de kilomètres de Tahiti. Nous avons prévu d’y passer 13 jours pour consolider notre rythme polynésien.

mercredi 5 juin 2013

Arrivée en Polynésie, 3 premiers jours à Tahiti

Après être partis de Nouméa le jeudi 30 mai nous sommes arrivés à Tahiti le mercredi 29 mai. Ce phénomène très étrange a immédiatement fait disparaître trois cheveux blancs de Marine et deux rides de Manu. César qui parlait parfaitement s’est soudain mis à faire mamaaaaaa toutes les 5 minutes, Félix a complètement arrêté de parler russe et chinois et Léonard a continué à jouer au foot.

A l’aéroport de Papeete, nous avons été accueillis par une forte chaleur (on est beaucoup plus près de l’équateur et ici le thermomètre atteint largement 35° en journée alors que nous sommes presque en hiver). Il y avait aussi des musiciens et une danseuse dans la plus pure tradition polynésienne.

Oui on était très attendus en Polynésie

D’une manière générale, on a vite trouvé que Tahiti ressemble beaucoup aux clichés qu’on peut en avoir : un lagon magnifique, du soleil toute l’année, des polynésiens très gentils et accueillants, des polynésiennes très jolies… Vraiment on se sent tout de suite bien et relaxé.

Et un cliché mielleux de plus ! Ils n'ont pas peur du ridicule sur leur blog ceux là...

Puis nous avons rejoint la pension que nous avions réservée juste à côté de l’aéroport pour le premier soir.

Qu'est ce que vous faîtes dans votre voiture, arrêtés en plein soleil avec 40° à l'ombre ?Le lendemain, après avoir récupéré notre nouveau véhicule de location, nous avons mangé dans un petit snack sensationnel dont la salade ananas-crevette et le tartare de thon resteront gravés dans la mémoire de nos estomacs comme un des grands moments de la cuisine polynésienne. Puis nous sommes partis pour Teahupoo sur la presqu’île de Tahiti Iti.

Les enfants ont piqué un bon roupillon lors du long trajet de près d’une heure qui permet d’aller de l’extrémité de Tahiti Nui à celle de Tahiti Iti.

Si j'en vois un qui ouvre un oeil je lui tape sur la tête avec un concombre de mer

Nous étions logés au Vanira lodge, un endroit assez exceptionnel, sur les hauteurs avec une belle vue et de magnifiques maisonnettes en bois. Les douches étaient dignes de la publicité « tahiti douche » si bien qu’on ne résiste pas à l’envie de vous les montrer.

C'est charmant n'est-il pas ?

Vas-y balance le savon !

Teahupoo est un haut lieu du surf mondial, on y trouve un spot qui accueille chaque année le challenge Billabong. Au début des années 2000 un des compétiteurs a surfé sur une vague de 15 mètres qui est considérée comme la vague du millénaire. 15 jours auparavant, alors que nous étions en Nouvelle-Calédonie, nous avions lu un article dans la presse locale qui annonçait qu’on pouvait voir en ce moment des vagues de près de 10 mètres à Teahupoo et que les meilleurs surfeurs du monde étaient tous en train de rappliquer. Nous avons effectivement constaté que de nombreux surfeurs australiens et américains étaient encore présents à Teahupoo où on pouvait encore profiter d’une forte houle. Nous avons tous été très impressionnés par ces vagues et pourtant nous n’avons probablement vu que des creux de 4 ou 5 mètres au maximum.

Là je le sens pas trop, je vais plutôt attendre les vagues de 15 mètres

Autre particularité de Tahiti : le surf se pratique soit en bord de plage devant les « passes » quand on est juste d’un bon niveau, soit derrière la barrière de corail quand on est d’un très très bon niveau et accessoirement un peu fou. En effet, il faut savoir qu’au-delà de leur taille hors du commun, les vagues se brisent sur la barrière de corail, c'est-à-dire sur un millier de petits couteaux tranchants. Ainsi, quelques jours avant notre arrivée, un basque s’est retrouvé aux urgences après être tombé et avoir été récupéré inconscient sur la barrière de corail par les secouristes.

Au-delà de la contemplation des surfeurs et des vagues, nous avons fait à Teahupoo quelques balades dans l’intérieur des terres qui est très vert et montagneux et qui a des airs de Normandie à certains endroits.

Non c'est pas là que ça ressemble à la Normandie, on vous dira quand ce sera là

Il est fort ce Gauguin quand même !

Alerte, alerte, c'est là, vache égale Normandie

Tel Indiana Jones, nous marchons dans la jungle en nous nourrissant de mygales et de croissants ou alors des papayes mais avec du citron vert

Comme vous le voyez la pluie est toujours très localisée et intense en Polynésie

Nous avons aussi fait le presque tour de la presqu’île au cours duquel nous avons bien apprécié les multiples scènes de cartes postales.

J'enverrais bien le coq qui me réveille le matin en haut de ce pic

Comme le sable noir est jaloux de la couleur des plantes vertes, il les empèche de pousser

Voilà comme ça on dit qu'on vous a déjà envoyé une carte postale

Marine fait sécher son nouveau maillot de bain

Cela nous a donné l’occasion de voir les nombreux vendeurs ambulants au bord des routes qui proposent du poisson ou des fruits.

On est prêts pour une reconversion, il faut juste qu'on investisse dans une table, une chaise et un parasol

Nous nous sommes aussi baignés plusieurs fois avec masque et tubas dans le lagon ceci dans une eau cristalline permettant d'observer les coraux et les poissons multicolores. Nous avons particulièrement apprécié le doublé déjeuner – baignade que nous avons réalisé dans un petit restaurant de bord de mer (le manau plage) situé à côté de Teahupoo.

C'est presque parfait, il faut juste que quelqu'un me gratte l'épaule

Nous nous sommes fait un autre beau festin à coup de langoustes et de poissons crus « chez Loula et Rémy » à l’entrée de la presqu’île de Tahiti Iti.

Merci pour ce bon repas l'ami

J'ai complètement oublié de préciser qu'en plus le patron est un suporter du PSG

Nous avons quitté Teahupoo le samedi 1er juin pour rejoindre la presqu’île de Tahiti Nui.

mercredi 29 mai 2013

Péripéties du retour à Nouméa et fin du séjour en Nouvelle Calédonie

Dimanche 26 mai nous avons pris la route pour tenter de rentrer à Nouméa. Nous savions que la plupart des routes étaient coupées par des manifestants qui organisaient des barrages "contre la vie chère".

Nous avons tout de même tenté notre chance et avons rapidement rencontré le premier barrage à une trentaine de km de Hienghene.

Moi aussi je trouve la vie trop chère

Nous avons tenté de négocier sur le thème "la mémé a un avion à prendre demain matin" (oui, ici on appelle les grands mères "mémé" de manière très spontanée). Sans grand succès... nous avons donc du attendre une heure au bord de la route. Puis deuxième essai sur le thème "nos enfants ont faim". Nous avons alors été invités à manger et nous nous sommes retrouvés dans un grand repas familial organisé pour la fête des mères. Nous avons très bien mangé dans une excellente ambiance, c'était assez rigolo. Puis nous avons organisé une grande partie de foot Hienghene vs PSG. Et tout à coup, le chef est venu nous voir et nous a dit "bon, nous venons d'avoir des nouvelles de Nouméa, nous allons durcir le mouvement, mais on va vous laisser passer avant de bloquer complètement." Nous avons donc pris nos affaires en urgence et sommes passés sous les "au revoir" de tout le monde. Le moins qu'on puisse dire c'est que la situation était assez décalée !

Nous avons roulé près de deux heures avant d'arriver à Poya où nous avons appris que la route était bloquée. La radio annonçait que la situation était très tendue et les gendarmes empêchaient les automobilistes d'approcher le barrage pour éviter que cela dégénère. Petit détail en passant : on ne trouvait plus d'essence nulle part et il n'y a aucun hôtel à Poya. Il était donc hors de question de dépenser de l'essence en revenant sur nos pas pour dormir dans un hypothétique hôtel d'une ville plus au nord.

Après plusieurs heures d'attentes, nous avons appris que la mairie allait être ouverte pour accueillir les automobilistes en détresse (ça c'est nous) et leur permettre de passer la nuit dans des conditions à peu près acceptables.

Nous nous sommes donc retrouvés à une cinquantaine dans la mairie de Poya à manger autour de tables installées par les employées municipales. Soulignons en passant qu'elles étaient vraiment très aimables et disponibles et qu'elles se sont pliées en quatre pour que nous ne passions pas un trop mauvais moment.

On a même pas eu de rochers suchard

Quelques bouteilles et gâteaux étaient mis à disposition par la mairie.

A table !

Nous avons organisé une séance cinéma pour tous les enfants qui se sont serrés pour regarder Madagascar 3 pendant que les adultes devisaient sur la situation. Puis nous avons organisé notre nuit. Marine et Manu ont dormi avec César sur une natte par terre dans un couloir pendant qu'Armelle optait pour une nuit dans notre voiture avec Léonard et Félix (il faut dire que nous avions loué un "trafic" 9 places pour tout notre séjour en Nouvelle Calédonie, il y avait donc de la place).

Comme d'habitude Marine prend toute la place

Marine et Manu, très heureux de s'être dégotés une place d'exception dans un couloir au calme (on se satisfait de peu par moments !) se sont eux aussi regardé un petit film avant de s'endormir. La nuit fut finalement tout à fait correct même si on ne la comptera pas dans les plus belles nuits de l'année. Nous avons dormi d'une traite avant d'être réveillés à 5 heures du matin par les gendarmes venus annoncer que les barrages avaient été levés.

En l'espace de 5 minutes, tout le monde a donc rangé ses affaires et s'est éclipsé pour ne pas rater la chance de pouvoir passer. Nous avons bien entendu fait de même.

Le barrage était impressionnant : une dizaine de véhicules calcinés encombrait la route, les manifestants avaient cassé le bitume sur plusieurs mètres et il fallait rouler dans l'herbe pour contourner tout cela dans la nuit.

Nous avons ensuite roulé tranquillement avant de rejoindre l'aéroport juste à l'heure pour permettre à Armelle de prendre son avion pour Paris ; ceci notamment grâce à Suzanne, une amie d'Yves qui a eu la gentillesse d'apporter la valise d'Armelle à l'aéroport. Nous avons été les premiers surpris de cette issue heureuse car la veille, l'ambiance générale donnait plutôt l'impression que nous risquions d'être bloqués pour plusieurs jours.

En conclusion de cette affaire, nous avons finalement eu un moment plutôt intéressant et presque sympathique et rigolo. Nous nous souviendrons notamment du très bon repas avec les kanak et la nuit très originale dans des conditions pas si catastrophiques.

Les deux derniers jours à Nouméa ont ensuite été relativement tranquilles avec juste une petite visite au centre culturel Jean Marie Djibaou et les dernières évaluations de mathématique, français et anglais pour Léonard.

Maintenant on a tout compris de la culture kanak

Nous avons aussi fait un gouter très sympa avec Florent et sa famille, un ami de Paris installé à Nouméa depuis 4 ans. Nous les avions déjà vu une première fois la semaine de notre arrivée.

Et puis, un dernier repas avec tonton Yves qui nous avait préalablement couverts de cadeaux.

Mais ils sont tous rayés les tricots que tu as offert à nos enfants

Nous avons passé une excellente soirée et avons beaucoup apprécié notre séjour calédonien et ses nombreux conseils d'organisation. Et comme le disent les Léonard et Félix "il est sympa Yves" !

Et voili voilou le récapitulatif de notre périple calédonien.

Voilà comme ça si tu viens ici tu sauras quoi faire

Demain, 30 mai, nous partons pour la Polynésie.

mardi 28 mai 2013

3 jours à Hienghene

Jeudi 23 mai nous sommes arrivés à Hienghene après 5 heures de voiture et une pause pique-nique très sympa au bord du lagon de la côte est.

Mais où est passé de Funès ? Il y a deux nudistes qui se baignent dans une flaque

C'est le pack français qui entre sur le terrain, oh là là quelle affaire Jean mimi !

C'est mon fils, il s'appelle Léonard. Ca intéresse ta fille ?

Nous avons pris le bac de Ouaïme qui permet de traverser la rivière juste avant le village de Hienghene puis nous avons rejoint notre hôtel, le Koulnoué Village, qui est l'ancien club med.

Ce jour là, le type qui conduit le bac bossait, c'est exceptionnel, profitez en bien pour le plaisir des yeux. Après il fera grève quelques mois.

Nous avons posé nos affaires avec beaucoup de plaisir : les bungalows se situent encore une fois face au lagon au milieu des cocotiers... On va finir par se lasser :-)

Faut faire gaffe aux cocos mon coco

Hienghène se caractérise par de nombreuses roches calcaires (les roches de Lindéralique) qui émergent de l'eau créant un paysage unique en Nouvelle Calédonie.

Voilà le pic du cul de la poule qui mange un grain de maïs en jouant au scrabble

On trouve aussi, comme un peu partout ailleurs, de nombreuses églises construites par les missionnaires.

Chut, s'il vous plaît, c'est l'heure de la messe

Un truc rigolo : sur la côte est, on trouve de nombreux étals sans vendeur avec juste quelques fruits, légumes ou objets d'artisanat posés sur une table et un petit panier pour mettre l'argent si on veut en acheter.

On a fait le casse du siècle, on a piqué un pamplemousse !

Nous avons bien profité de ces quelques jours à Hienghène et avons alterné entre balade au marché, tour de bateau au milieu des fameuses roches et journée en tribu.

Tu passerais pas un peu ton temps sur des bateaux toi ?

En tribu, nous avons appris à pécher avec un filet (l'épervier) et à tresser (il faut bien s'occuper).

Ambiance de la vie en tribu

Oui, notre voiture est un peu grosse je sais, on a rien trouvé de plus discret

Ils pourraient quand même allumer la télé, c'est l'heure du journal

Après on a fabriqué de magnifiques cendriers en rotin

Il s'agit de préciser que Hienghène est le berceau de la culture kanak (ne cherchez pas la faute d'orthographe, c'est un mot invariable). La vie s'organise ici plus encore qu'ailleurs autour de la tribu, concept essentiel en Nouvelle Calédonie, et est régie par la Coutume qui prescrit une série de règles à respecter. La tribu, dirigée par le Petit Chef, est composée de familles descendant d'un même ancêtre et est rattachée à une terre.

Hienghène est aussi connue pour être le village d'origine de Jean-Marie TJIBAOU, leader indépendantiste de la Nouvelle-Calédonie, assassiné en 1989 pour avoir signé les accords de Matignon avec les autorités françaises après la crise d'Ouvéa.

Le séjour a été rythmé par les buffets du soir (on se souviendra surtout de l'orgie de sashimis de thon découpés devant nous), les baignades, essentiellement dans la piscine qui séduisait particulièrement les enfants, les parties de baby-foot, de tennis et de ping-pong ainsi que par les dictées du soir avec Mouti (Léonard s'en souviendra !).

On t'a reconnu Vincent, tu ne bosses plus à Lyon ?

C'est Federer qui a pris la photo parce que Nadal ne savait pas faire marcher l'appareil

Nous avons appris au cours de notre séjour que les manifestations contre "la vie chère" étaient en train de dégénérer : les barrages s'étaient multipliés et l'essence devenait quasiment impossible à trouver dans les stations de l'île.

Nous avons quitté Hienghène le dimanche 26 mai avec l'intention de rejoindre Nouméa dans la journée mais sans trop y croire au vu des informations données par la radio et par les touristes qui tentaient de passer chaque jour sans succès depuis mercredi.

lundi 27 mai 2013

3 jours à Poingam, à l'extrême nord de la Nouvelle-Calédonie

Lundi 20 mai, nous avons rejoint Poingam qui se situe à l'extrême nord de la Nouvelle-Calédonie, à environ 500 km de Nouméa. Nous avons découvert un endroit qui semble coupé du monde, loin de toutes villes et des routes goudronnées. Le tout dans un cadre idyllique : petits bungalows sous les cocotiers, les pieds dans le lagon avec une table d'hôte de très bonne qualité.

C'est triste cette ambiance pays de l'est

Au fait, François Hollande est toujours président ?

Nous y avons passé trois jours très sympas dans une excellente ambiance et de bons repas partagés avec les autres hôtes du gîte.

J'ai attrapé un bateau avec mon filet

Bonjour, ça va ?

Nous avons bien profité de ces quelques jours et avons fait quelques balades pour découvrir les environs, notamment une petite marche qui permettait d'obtenir un beau panorama de la baie et une autre qui offrait un aperçu des quelques îlots entourant le point le plus au nord de l'île.

Allez, on recule encore un mètre

Une station de ski très courue en Nouvelle Calédonie

Léonard et Félix ont attrapé une souris

Nous avons aussi vu la mangrove qui entoure une partie importante de la côte (on la voit très fréquemment en Nouvelle Calédonie).

Moi je préfère les mangues pas roves

Nous avons vu de nombreux chevaux sauvages, ce qui caractérise Poingam et ses environs.

Ah quel frimeur celui là, ils sont toujours tous derrière et lui devant, c'est un copain qui chante avec sa guitare qui me l'a dit

Nous avons aussi vu travailler les minéraliers : les bateaux qui transportent le nickel depuis les mines. Rappelons en passant que le nickel est la première ressource de l'île.

Tu me donnes 100 grammes de nickel, c'est juste pour refaire ma boucle de ceinture

Nous avons également fait une sortie d'une journée en bateau avec un couple franco-kanak pour découvrir les îlots du nord. Notre journaliste-reporter Léonard Lacroix était sur les lieux et nous en a rapporté cet article :

Le 22 mai 2013. Bonjour je suis en Nouvelle Calédonie pour faire mon reportage de l’île de Nendialé.

Les requins ont bouffé tout le monde

Cette île se situ à une heure de Poum en bateau .Nous y sommes aller avec Jean Pierre et Emilie.

Complètement mort : aucune boîte de nuit sur cette île

Mais il y avait qu’une famille sur cette île. Mais il ni avait pas de tribu. Alors , j’aime plutôt leur manier de vivre :ils ont un bateau et vont tout les jours en bateau à Poum pour acheté à manger et allé à l’école.

Love, exciting and new

Nous avons manger un très bon repas qui consisté : des pates, du riz, du ton, une salade de poulpe et en dessert une salade de fruit . Puis nous nous somme baigner et on a ramacer des cocillages.

Tout le confort d'un hôtel Hilton condensé dans 5 m2

A table !

Nous avons quitté Poingam le jeudi 23 mai pour rejoindre la ville de Hienghen à environ 170 km (5 heures de route).

samedi 25 mai 2013

2 jours "chez Reine" à côté de Poya

Yves nous avait vivement conseillé une première étape à côté de Poya, dans un gîte situé dans les montagnes. Il nous avait précisé que celui-ci était très convivial mais aussi spartiate et que les températures seraient probablement assez basses. Nous avons su qu’il n’y avait pas de traquenard quand il nous a indiqué qu’il viendrait avec nous pour ce WE.

Le samedi 18 mai nous sommes donc partis pour Poya à environ 200 km de Nouméa. Nous avons fait un arrêt à La Foa, une petite ville très sympathique à mi-chemin avec un marché et de nombreuses animations.

Ah ça rigole quand les crabes ont les pinces attachées !

De magnifiques étals proposant des fruits et légumes à profusion

Quoi ajouter ?

Nous y avons fait un pique-nique et bu un café avant de reprendre la route.

Ah là là, on ne se refuse rien !

Nous avons atteint Poya puis viré vers l’intérieur des terres pour rejoindre le gîte Porin-néa, alias « chez Reine », à 20 km de piste.

Nous avons découvert un gîte, certes très sommaire, mais également très sympathique et convivial, dans un très bel environnement.

Chez Reine on est traité comme des rois

La cuisine si vous voulez manger

Un jardin verdoyant parfait pour jouer au foot,

une petite rivière qui passe juste en dessous du gîte avec dees trous d'eau parfaits pour les baignades.

Quand il y a de l'eau qui coule généralement c'est une rivière ou un fleuve

Allez vas-y Marine, pousse les !

Yves encore en train de glandouiller

Une occasion unique pour transmettre à Yves les bisous pincettes que Dominique avait chargé Emmanuel de réaliser,

Ah tu croyais y couper aux bisous pincettes ?

des balades dans des paysages entourés de montagnes,

Un magnifique lagon non ?

Un po ya, un po iyi mais en tous cas po chur la tête

une grande table pour les repas du soir pris en commun avec tous les hôtes du gîtes,

On a faim, on a faim !

et un grand dortoir avec 20 couchages… Pari risqué pour les autres dormeurs !

On est trop des routards d'avoir dormi là !

Nous y avons passé deux nuits très sympas (peut-être moins pour les autres hôtes qui ont subi plusieurs micro-réveils en fanfare de César, nous on est habitués !). Nous avons bien mangé et bien bu dans une très bonne ambiance. Tout cela avec des températures finalement très clémentes qui flirtaient avec les 30 degrés malgré les prévisions pessimistes du tontoncle.

Les enfants ont bien sûr aussi un peu travaillé et fait leur carnet de voyage (on en parle rarement mais ça leur prend pas mal de temps ce qui explique qu'ils s'occupent peu du blog).

Carnet de voyage

Nous avons quitté le gîte le 20 mai pour rejoindre Poingam à l’extrême nord du pays tandis qu’Yves repartait à Nouméa pour sa semaine de travail.

jeudi 23 mai 2013

3 jours à Nouméa

Nous avons beaucoup de retard car nous venons de passer 6 jours sans internet. Nous allons donc mettre les bouchées doubles pour rattraper tout ça.

Après l’arrivée d’Armelle, nous avons passé quelques journées tranquilles à Nouméa entre le 14 et le 18 mai. Ce séjour, sous un soleil enfin durablement installé, a été ponctué de petites siestes pour Armelle et César pendant que Marine, Emmanuel et les enfants prenaient leur café / jus de fruits dans les transats de leur café préféré d’anse Vata.

Tu peux me gratter le dos STP ?

Au cours de ces quelques jours, nous avons bien profité de la vie à Nouméa et avons fait les classiques de la capitale calédonienne.

Nous avons pris de nombreux bains dans la baie des Citrons ainsi qu’à anse Vata ; les deux plages les plus proches de l’hôtel d’Armelle et sans doute également les plus agréables de Nouméa.

Anse Vata

Nous en avons également profité pour visiter l’aquarium des lagons qui se trouve au bout d’anse Vata. Les enfants ont bien aimé les explications ludiques sur la vie sous-marine. Nous avons aussi fait un tour au marché du jeudi de la place des cocotiers et les enfants en ont profité pour se transformer en super héros.

Là ça ne se voit pas, mais il y a plus de 500 000 personnes qui viennent chaque jeudi

Fais attention Spiderman, il y a une grand mère qui veut te piquer ton sac !

Nous avons passé une journée sur l’île aux canards, lieu de snorkling idéal avec un sentier de découverte sous-marin. Nous y avons vu de très beaux poissons et de magnifiques coraux.

On t'a reconnu James Bond

joli joli

Nous avons par ailleurs apprécié la tranquillité de cette petite île et y avons fait une bien bonne sieste.

Je ne sais pas pourquoi mais ça me fait un peu penser à la Nouvelle Calédonie cet endroit

Armelle a bénéficié du cadeau qui lui avait été offert pour ses 60 ans : un survol de la Nouvelle Calédonie en hélicoptère. Pour être tout à fait exact, Yves ayant un ami pilote d’avion, nous avons opté pour ce second choix qui permettait de faire un tour plus long. Je dis « nous » car quitte à l’accompagner à l’aérodrome, nous nous sommes dit qu’il serait dommage de ne pas également nous offrir cette balade aérienne.

Un A380 spécialement conçu pour les pygmés

Quelles têtes en l'air !

L’avion ayant 4 places, nous avons fait une première équipée constituée d’Armelle, Marine et Léonard qui se sont envolés avec Jean-Louis (notre pilote) pour près d’1 heure de vol au dessus des îlots. Puis Emmanuel, Félix et … à nouveau Armelle sont à leur tour partis pour un périple à peu près identique.

Voilà

Voilou

Voili

Voilu

Poilu

Poulet au curry

Enfin, Yves nous a invité pour une soirée langouste dont les quantités étaient gargantuesques ; avec une langouste et demi par personne il fallait être sacrément d’attaque pour réussir à terminer le plat. Nous avons donc fait la chose la plus absurde du monde : nous n’avons pas tout mangé !

Si j'avais un marteau, je taperais les langoustes

Si j'avais une fourchette, je mangerais les langoustes

Nous avons ensuite quitté Nouméa le samedi 18 mai pour entamer avec Armelle un tour de la Calédonie. Yves nous a accompagné pour la première étape.

vendredi 17 mai 2013

Arrivée d'Armelle à Nouméa

Nous sommes revenus le 13 mai au soir de l'île des Pins. Le lendemain, nous étions tous sur le pied de guerre pour aller accueillir Armelle (surnommée Mouti par les enfants), la maman de Marine, à l'aéroport international. Une tempête de sable à Dubaï ayant provoqué une escale imprévue, elle avait raté la correspondance à Sydney et avait du passer la nuit en Australie. C'est donc une Armelle ayant quitté Clermont-Ferrand samedi 11 mai à midi que nous sommes venus chercher mardi 14 en fin d'après-midi : la pleine forme !

Les enfants, qui avaient préparé un accueil "collier de fleurs", étaient bien entendu très impatients.

Bon, mais elle fait quoi Mutti ?

Et l'attente prit fin...

Gros poutous baveux

Oh qu'il a grandi ce petit frisé !

Puis nous sommes partis pour un tour des baies avant d'aller à l'hôtel réservé pour les quelques jours d'Armelle à Nouméa. Armelle n'était pas venue les mains vides et la distribution de cadeaux permit d'alléger sa valise de près de 10 kg.

Et un chèque de 5 millions d'euros pour Emmanuel, oh non, il ne fallait pas...

mardi 14 mai 2013

6 jours à l'île des Pins

Nous recommençons à accumuler du retard sur le blog ! emploi du temps trop chargé !

Après nos premiers jours à Nouméa, nous avons pris un avion pour l'île des Pins le mardi 7 mai. Le nom de l'île des Pins lui vient des nombreux pins colonnaires qu'on y trouve.

20 minutes de vol entre Nouméa et l'île des Pins

Prendre un vol sur une ligne intérieure en Nouvelle-Calédonie est une expérience à de multiples titres :

  • les avions (à hélice) permettent d'avoir une sublime vue sur le lagon et les nombreux îlots
  • L'embarquement vaut son pesant de cacahuètes quand on se rend compte qu'il n'existe absolument aucun contrôle sur les bagages à main et les personnes
  • Les avions sont parfois annulés sans qu'on ne soit informés le moins du monde (y compris au sein de l'aéroport)

Nous sommes cependant bien arrivés à destination après un vol magnifique (Yves nous avait bien donné l'info indispensable de nous mettre à droite dans l'avion pour ne pas avoir le soleil dans les yeux lors du survol des îlots).

Au secours, l'hélice est entourée d'eau turquoise

Puis nous avons rejoint notre gîte que tous les oncles, tantes, cousins, cousines et sœur qui sont venus précédemment voir Yves en Nouvelle Calédonie connaissent bien : le gite Nataïwatch. Il s'agit de bungalows très agréables dans une végétation luxuriante (chouette j'ai réussi à placer le mot), à 100m de la baie de Kanuméra, une des plus belles plages de l'île. Nous avions loué deux gîtes (un familial plus un individuel pour Yves) ce qui permettait à Yves de venir nous voir quand il voulait tout en profitant d'un minimum de tranquillité par moments.

En fait c'est un peu faux car cette photo ne correspond pas au lieu. Mais bon, je fais ce que je veux, c'est mon blog !

Nous avons bien profité de sa connaissance de l'île pour faire des balades magnifiques comme le tour de la presqu'île de kanuméra, la plage des rouleaux ou la baie de kuto.

Tu l'as acheté où ton sac à dos ?

Nous avons également fait le très réputé tour de pirogue à travers la baie d'Upi (1 heure environ), balade au cours de laquelle nous avons aperçu une tortue qui se baignait tranquillement (nous en avons vu une seconde fois dans la baie de kanuméra).

Moi je dis que c'est mieux sous le soleil

Nous avons continué par une balade à pieds à travers la forêt tropicale (3/4 d'heures) pour rejoindre ensuite la piscine naturelle de la baie d'Oro.

Marine est aussi naturelle que la piscine

Là, nous avons pu nager au milieu des poissons multicolores avant d'aller déjeuner au Kougny, le restaurant incontournable de la baie d'Oro (restaurant sur la plage, les pieds dans l'eau et complètement isolé).

Enlève ton masque on t'a reconnu

Il n'aurait pas joué dans Némo lui par hasard ?

Nous avons également pu faire un peu de snorkling dans la baie de kanuméra et nous avons aperçu quelques beaux poissons mais également de nombreux tricots rayés, des serpents amphibiens typiques de la Nouvelle-Calédonie, qui sont peu agressifs mais qui disposent d'un venin extrêmement puissant qui donne peu envie de les taquiner.

Il a l'air si gentil

Nous sommes revenus une seconde fois à la baie d'Oro et la piscine naturelle lors d'un grand tour de l'île au cours duquel nous avions réservé une table dans un autre restaurant de la baie, "chez Régis", pour manger un "bougna". Je rassure les habitants de Clermont-Ferrand, il ne s'agit pas d'un sympathique vendeur de charbon mais du plat traditionnel des kanaks. Le plat, à base d'igname, de poisson (ou de poulet) et de lait de coco, est cuit dans des feuilles de bananiers, sous des pierres brulantes recouvertes de terre. Le résultat est tout à fait acceptable et même plutôt bon même si je ne suis pas certain que j'en mangerais tous les jours.

Au boulot, on sort les bougnas

En fait, c'est mieux qu'en photo

Dans la mangrove de la baie d'Oro, il y avait plein de crabes violonistes. Ces crabes se reconnaissent au fait que les mâles ont une pince énorme, l'autre étant petite.

Tu serreras la pince au bougna de ma part

Lors de ce même tour, nous avons également fait un tour au marché, visité la grotte de la reine Hortense et quelques belles plages dont une où apparaissaient de très nombreux bois sculptés et plantés en rang sur la plage.

Hortense aime bien sa grotte

C'est pratique si tu n'as pas de gros bâton chez toi

Les gens vont finir par croire qu'on passe notre temps à tirer la langue dans cette famille. Non mais par moments on se comporte aussi comme des adultes.

En revanche la météo n'a pas été très favorable puisqu'après un premier jour sous un soleil magnifique, nous avons surtout vu des nuages. Nous avons même eu une journée de pluie le dimanche, jour théorique de notre départ.

Cela nous a donné l'occasion de faire l'école de façon un peu plus intensive que ces derniers temps car il y a eu un certain relâchement ( il faut dire qu'on a presque terminé le programme ). Ça a été assez rigolo car les enfants du coin, avec qui Leonard et Félix faisaient des parties de foot endiablées, sont tous venus assister aux leçons d'anglais.

Le PSG est champion de France paraît-il

T'as vu le prof ? Il est trop canon ce mec !

Cela a été également l'occasion de faire des jeux de sociétés et de lire des livres avec tonton Yvounet.

Je suis sûr qu'Yves a triché, ce n'est pas possible qu'il ait tous les meilleurs terrains

C'est dommage qu'il n'y ait pas le son car Yves sait faire toutes les voix de l'histoire

Nous avons aussi fait deux "dîners-avion" pour les enfants. Il s'agit d'un concept Lacroix qui consiste à faire manger les enfants dans leur lit pour gagner du temps et permettre aux parents d'arriver au restaurant tranquilles dès 20h00. Comme ça plaît beaucoup aux enfants, tout le monde est content. Les "dîners avion" sont également des occasions de grande liberté gastronomique ; voici par exemple le dessert du jour : la banane tic tac.

Et le bonjour à madame brocoli !

Pour le retour, nous avons eu une petite surprise car l'avion a été annulé et repoussé au lendemain en fin d'après midi. Au début cela ne nous a pas trop fait rire car nous devions aller chercher Armelle, la maman de Marine, qui devait arriver le lendemain à l'aéroport de Nouméa pour passer 15 jours en notre compagnie. Puis, tout à coup par un coup de baguette magique, Armelle nous a envoyé un SMS pour nous indiquer que son avion avait lui aussi été annulé et repoussé d'une journée ; puis le soleil est arrivé ; et enfin, nous avons été relogés dans un splendide hôtel 4 étoiles à 50 mètres de notre premier gîte.

On n'arrive même plus à compter les étoiles tellement il y en a

Cela nous a permis de bénéficier d'une fantastique journée de bain et de soleil dans la baie de kanuméra.

La baie de kanuméra

Deux flics à Calédonie

Petite cerise sur le gâteau pour les enfants : le matin au réveil, le PSG est devenu champion de France ce qui n'est pas le moindre des évènements pour eux dont 50% des discussions portent sur le foot actuellement. Seul bémol : les enfants ont eu une petite seconde de compassion en pensant à Bon papa, fidèle supporter de Lyon qui était au stade avec son cousin Claude. PSG champion de France

Nous sommes finalement rentrés à Nouméa le lundi 13 mai en toute fin de journée, très heureux de ce séjour à l'île des Pins et très reconnaissants à Air calédonie de nous avoir payé hôtel et restaurants pour un prix supérieur à celui de tous nos billets d'avion Nouméa-île des Pins :-)

mercredi 8 mai 2013

Arrivée en Nouvelle Calédonie, trois jours à Nouméa

Nous avons quitté l'Australie le 4 mai après deux mois de vadrouille qui ont permis de transformer Léonard, Félix et César en surfeurs aux cheveux longs.

Après un vol interminable de près de .... deux heures :-) nous sommes arrivés à Nouméa où nous avons été accueillis par Yves (Tonton Yvounet pour la famille), le fameux oncle calédonien que tout le monde se doit d'avoir dans sa famille (un peu comme un cousin américain mais c'est une autre affaire dont nous reparlerons en temps utile).

Voilà les beatniks !

Bienvenue à galassouinda, lardidiladada

Donc, Yvounet est venu nous accueillir à l'aéroport avec un collier de fleur et un appareil photo. Après les traditionnels bisous pincettes, nous avons récupéré notre voiture de location et avons suivi Yves jusqu'à son appartement de Nouméa qui dispose d'une magnifique vue sur la baie. Il nous a ensuite fait profiter de tout ce qui fait qu'un repas est un plaisir en Nouvelle Calédonie : des avocats fantastiques, des fruits de la passion, du thon frais grillé à la plancha, du fromage, et tout ça accompagné d'une baguette tradition (ça faisait rêver les enfants après trois mois et demi de pain de mie).

Et oui, vous ne rêvez pas, voici tonton Yvounet

Même si nous avons adoré le mois de vadrouille en camping car et le côté très sympa de ce moyen de locomotion, nous n'avons pas été fâchés de passer pour la première fois depuis bien longtemps une bonne nuit sans avoir à démonter une table avant de se coucher et sans être réveillés par le soleil.

Le lendemain, nous avons fait un tour au marché puis nous avons fait le tour des baies avant de nous baigner dans la baie des citrons.

On a oublié de prendre des photos, du coup on en a qu'une pas top

Nous avons également admiré quelques points de vue, celui de ouen toro où on trouve aussi des canons apportés par les américains pour défendre l'île en 39-45 et un autre à côté du parc forestier et dont Yves ne connaît pas le nom (ouhhhhh !!!). On pouvait apercevoir les nombreux îlots qui entourent Nouméa et lui donnent un petit air de Vietnam. On a également profité d'un beau coucher de soleil et on vous en met une photo même si vous trouvez ça kitch.

Il faut toujours mettre un coucher de soleil quand on aime les sardines, ne cherchez pas c'est de l'humour calédonien

Ils sont canons ces deux surfeurs !

Enfin, lundi, nous avons visité un peu le centre ville et avons déjeuné avec Yves dans un bon boui-boui asiatique avant de visiter son cabinet médical réservé aux personnes relevant de l'aide médicale des îles Loyauté.

C'est l'endroit top si vous êtes malades à Nouméa... Enfin, si du moins vous êtes originaire des îles Loyauté et que vous relevez de l'aide médicale

Nous avons aussi vu le Phocéa, l'ex bateau de Bernard Tapie, qui mouillait à Nouméa.

Eh Bernard, tu vas la bouger ta caisse ? Tu gènes là !

Puis nous avons géré quelques aspects pratiquo-pratiques tels que faire les courses pour notre séjour à l'île des Pins et voir un prothésiste pour apporter des ajustements à la prothèse de Félix. A ce sujet, le prothésiste à apporté deux évolutions majeures : un nouveau scratch de couleur bleue (la classe) et un traitement du pied pour pouvoir marcher dans l'eau (trop cool).

Mardi 7 mai, après cette petite introduction à la Nouvelle Calédonie, nous avons pris l'avion pour l'île des pins qui est située à une cinquantaine de km au sud de la grande terre (20 minutes de vol).

lundi 6 mai 2013

Coolum beach et fin de l'Australie

Nous avons quitté Rainbow beach le 29 avril pour rejoindre Coolum beach à côté de Noosa head, le Saint Tropez australien.

Nous y avons passé une semaine très sympa, à faire du body board ou du surf, du shopping, des balades et bien entendu l'école. Les enfants ont de nouveau pris un cours de surf avec un français très sympa qui s'est installé là pour quelques années. Ils se sont plutôt pas mal débrouillés et ils étaient bien sûr enchantés de cette dernière glissade avant les mers beaucoup plus calmes des lagons de Nouvelle Calédonie et de Polynésie.

Body board pour tous ceux qui ont les cheveux longs

Les enfants estiment qu'ils ont un niveau professionnel

Félix dans ses exploits

Léonard n'est pas en reste

Sinon, on a fait des balades vraiment chouettes, dans le bush ainsi qu'au bord de très beaux lacs.

On cherche s'il n'y a pas Georges de la jungle

Georges ou Tchita, peu importe

C'est un lac, pas une baignoire

Nous avons aussi fait beaucoup de shopping dans les nombreux magasins de bord de plage ainsi qu'au fantastique marché de Eumundi.

Puis, nous avons passé notre dernière soirée dans le camping car avant de le ranger et de démonter/remonter tous les meubles une dernière fois.

Vive le camping car !

Nous avons ensuite pris la route le samedi 4 mai pour rejoindre Brisbane et prendre notre vol pour Nouméa.

Il avance peu ce chameau

Les enfants mangent très sainement

César vous salue

Nous et puis c'est tout

Pour terminer, voici le récapitulatif de notre trajet australien. En bleu apparaissent les trajets en voiture ou en camping car. En rouge apparaissent nos étapes et les trajets en avion.

Notre trajet

- page 1 de 4