Yves nous avait vivement conseillé une première étape à côté de Poya, dans un gîte situé dans les montagnes. Il nous avait précisé que celui-ci était très convivial mais aussi spartiate et que les températures seraient probablement assez basses. Nous avons su qu’il n’y avait pas de traquenard quand il nous a indiqué qu’il viendrait avec nous pour ce WE.

Le samedi 18 mai nous sommes donc partis pour Poya à environ 200 km de Nouméa. Nous avons fait un arrêt à La Foa, une petite ville très sympathique à mi-chemin avec un marché et de nombreuses animations.

Ah ça rigole quand les crabes ont les pinces attachées !

De magnifiques étals proposant des fruits et légumes à profusion

Quoi ajouter ?

Nous y avons fait un pique-nique et bu un café avant de reprendre la route.

Ah là là, on ne se refuse rien !

Nous avons atteint Poya puis viré vers l’intérieur des terres pour rejoindre le gîte Porin-néa, alias « chez Reine », à 20 km de piste.

Nous avons découvert un gîte, certes très sommaire, mais également très sympathique et convivial, dans un très bel environnement.

Chez Reine on est traité comme des rois

La cuisine si vous voulez manger

Un jardin verdoyant parfait pour jouer au foot,

une petite rivière qui passe juste en dessous du gîte avec dees trous d'eau parfaits pour les baignades.

Quand il y a de l'eau qui coule généralement c'est une rivière ou un fleuve

Allez vas-y Marine, pousse les !

Yves encore en train de glandouiller

Une occasion unique pour transmettre à Yves les bisous pincettes que Dominique avait chargé Emmanuel de réaliser,

Ah tu croyais y couper aux bisous pincettes ?

des balades dans des paysages entourés de montagnes,

Un magnifique lagon non ?

Un po ya, un po iyi mais en tous cas po chur la tête

une grande table pour les repas du soir pris en commun avec tous les hôtes du gîtes,

On a faim, on a faim !

et un grand dortoir avec 20 couchages… Pari risqué pour les autres dormeurs !

On est trop des routards d'avoir dormi là !

Nous y avons passé deux nuits très sympas (peut-être moins pour les autres hôtes qui ont subi plusieurs micro-réveils en fanfare de César, nous on est habitués !). Nous avons bien mangé et bien bu dans une très bonne ambiance. Tout cela avec des températures finalement très clémentes qui flirtaient avec les 30 degrés malgré les prévisions pessimistes du tontoncle.

Les enfants ont bien sûr aussi un peu travaillé et fait leur carnet de voyage (on en parle rarement mais ça leur prend pas mal de temps ce qui explique qu'ils s'occupent peu du blog).

Carnet de voyage

Nous avons quitté le gîte le 20 mai pour rejoindre Poingam à l’extrême nord du pays tandis qu’Yves repartait à Nouméa pour sa semaine de travail.