Dimanche 26 mai nous avons pris la route pour tenter de rentrer à Nouméa. Nous savions que la plupart des routes étaient coupées par des manifestants qui organisaient des barrages "contre la vie chère".

Nous avons tout de même tenté notre chance et avons rapidement rencontré le premier barrage à une trentaine de km de Hienghene.

Moi aussi je trouve la vie trop chère

Nous avons tenté de négocier sur le thème "la mémé a un avion à prendre demain matin" (oui, ici on appelle les grands mères "mémé" de manière très spontanée). Sans grand succès... nous avons donc du attendre une heure au bord de la route. Puis deuxième essai sur le thème "nos enfants ont faim". Nous avons alors été invités à manger et nous nous sommes retrouvés dans un grand repas familial organisé pour la fête des mères. Nous avons très bien mangé dans une excellente ambiance, c'était assez rigolo. Puis nous avons organisé une grande partie de foot Hienghene vs PSG. Et tout à coup, le chef est venu nous voir et nous a dit "bon, nous venons d'avoir des nouvelles de Nouméa, nous allons durcir le mouvement, mais on va vous laisser passer avant de bloquer complètement." Nous avons donc pris nos affaires en urgence et sommes passés sous les "au revoir" de tout le monde. Le moins qu'on puisse dire c'est que la situation était assez décalée !

Nous avons roulé près de deux heures avant d'arriver à Poya où nous avons appris que la route était bloquée. La radio annonçait que la situation était très tendue et les gendarmes empêchaient les automobilistes d'approcher le barrage pour éviter que cela dégénère. Petit détail en passant : on ne trouvait plus d'essence nulle part et il n'y a aucun hôtel à Poya. Il était donc hors de question de dépenser de l'essence en revenant sur nos pas pour dormir dans un hypothétique hôtel d'une ville plus au nord.

Après plusieurs heures d'attentes, nous avons appris que la mairie allait être ouverte pour accueillir les automobilistes en détresse (ça c'est nous) et leur permettre de passer la nuit dans des conditions à peu près acceptables.

Nous nous sommes donc retrouvés à une cinquantaine dans la mairie de Poya à manger autour de tables installées par les employées municipales. Soulignons en passant qu'elles étaient vraiment très aimables et disponibles et qu'elles se sont pliées en quatre pour que nous ne passions pas un trop mauvais moment.

On a même pas eu de rochers suchard

Quelques bouteilles et gâteaux étaient mis à disposition par la mairie.

A table !

Nous avons organisé une séance cinéma pour tous les enfants qui se sont serrés pour regarder Madagascar 3 pendant que les adultes devisaient sur la situation. Puis nous avons organisé notre nuit. Marine et Manu ont dormi avec César sur une natte par terre dans un couloir pendant qu'Armelle optait pour une nuit dans notre voiture avec Léonard et Félix (il faut dire que nous avions loué un "trafic" 9 places pour tout notre séjour en Nouvelle Calédonie, il y avait donc de la place).

Comme d'habitude Marine prend toute la place

Marine et Manu, très heureux de s'être dégotés une place d'exception dans un couloir au calme (on se satisfait de peu par moments !) se sont eux aussi regardé un petit film avant de s'endormir. La nuit fut finalement tout à fait correct même si on ne la comptera pas dans les plus belles nuits de l'année. Nous avons dormi d'une traite avant d'être réveillés à 5 heures du matin par les gendarmes venus annoncer que les barrages avaient été levés.

En l'espace de 5 minutes, tout le monde a donc rangé ses affaires et s'est éclipsé pour ne pas rater la chance de pouvoir passer. Nous avons bien entendu fait de même.

Le barrage était impressionnant : une dizaine de véhicules calcinés encombrait la route, les manifestants avaient cassé le bitume sur plusieurs mètres et il fallait rouler dans l'herbe pour contourner tout cela dans la nuit.

Nous avons ensuite roulé tranquillement avant de rejoindre l'aéroport juste à l'heure pour permettre à Armelle de prendre son avion pour Paris ; ceci notamment grâce à Suzanne, une amie d'Yves qui a eu la gentillesse d'apporter la valise d'Armelle à l'aéroport. Nous avons été les premiers surpris de cette issue heureuse car la veille, l'ambiance générale donnait plutôt l'impression que nous risquions d'être bloqués pour plusieurs jours.

En conclusion de cette affaire, nous avons finalement eu un moment plutôt intéressant et presque sympathique et rigolo. Nous nous souviendrons notamment du très bon repas avec les kanak et la nuit très originale dans des conditions pas si catastrophiques.

Les deux derniers jours à Nouméa ont ensuite été relativement tranquilles avec juste une petite visite au centre culturel Jean Marie Djibaou et les dernières évaluations de mathématique, français et anglais pour Léonard.

Maintenant on a tout compris de la culture kanak

Nous avons aussi fait un gouter très sympa avec Florent et sa famille, un ami de Paris installé à Nouméa depuis 4 ans. Nous les avions déjà vu une première fois la semaine de notre arrivée.

Et puis, un dernier repas avec tonton Yves qui nous avait préalablement couverts de cadeaux.

Mais ils sont tous rayés les tricots que tu as offert à nos enfants

Nous avons passé une excellente soirée et avons beaucoup apprécié notre séjour calédonien et ses nombreux conseils d'organisation. Et comme le disent les Léonard et Félix "il est sympa Yves" !

Et voili voilou le récapitulatif de notre périple calédonien.

Voilà comme ça si tu viens ici tu sauras quoi faire

Demain, 30 mai, nous partons pour la Polynésie.