Après être partis de Nouméa le jeudi 30 mai nous sommes arrivés à Tahiti le mercredi 29 mai. Ce phénomène très étrange a immédiatement fait disparaître trois cheveux blancs de Marine et deux rides de Manu. César qui parlait parfaitement s’est soudain mis à faire mamaaaaaa toutes les 5 minutes, Félix a complètement arrêté de parler russe et chinois et Léonard a continué à jouer au foot.

A l’aéroport de Papeete, nous avons été accueillis par une forte chaleur (on est beaucoup plus près de l’équateur et ici le thermomètre atteint largement 35° en journée alors que nous sommes presque en hiver). Il y avait aussi des musiciens et une danseuse dans la plus pure tradition polynésienne.

Oui on était très attendus en Polynésie

D’une manière générale, on a vite trouvé que Tahiti ressemble beaucoup aux clichés qu’on peut en avoir : un lagon magnifique, du soleil toute l’année, des polynésiens très gentils et accueillants, des polynésiennes très jolies… Vraiment on se sent tout de suite bien et relaxé.

Et un cliché mielleux de plus ! Ils n'ont pas peur du ridicule sur leur blog ceux là...

Puis nous avons rejoint la pension que nous avions réservée juste à côté de l’aéroport pour le premier soir.

Qu'est ce que vous faîtes dans votre voiture, arrêtés en plein soleil avec 40° à l'ombre ?Le lendemain, après avoir récupéré notre nouveau véhicule de location, nous avons mangé dans un petit snack sensationnel dont la salade ananas-crevette et le tartare de thon resteront gravés dans la mémoire de nos estomacs comme un des grands moments de la cuisine polynésienne. Puis nous sommes partis pour Teahupoo sur la presqu’île de Tahiti Iti.

Les enfants ont piqué un bon roupillon lors du long trajet de près d’une heure qui permet d’aller de l’extrémité de Tahiti Nui à celle de Tahiti Iti.

Si j'en vois un qui ouvre un oeil je lui tape sur la tête avec un concombre de mer

Nous étions logés au Vanira lodge, un endroit assez exceptionnel, sur les hauteurs avec une belle vue et de magnifiques maisonnettes en bois. Les douches étaient dignes de la publicité « tahiti douche » si bien qu’on ne résiste pas à l’envie de vous les montrer.

C'est charmant n'est-il pas ?

Vas-y balance le savon !

Teahupoo est un haut lieu du surf mondial, on y trouve un spot qui accueille chaque année le challenge Billabong. Au début des années 2000 un des compétiteurs a surfé sur une vague de 15 mètres qui est considérée comme la vague du millénaire. 15 jours auparavant, alors que nous étions en Nouvelle-Calédonie, nous avions lu un article dans la presse locale qui annonçait qu’on pouvait voir en ce moment des vagues de près de 10 mètres à Teahupoo et que les meilleurs surfeurs du monde étaient tous en train de rappliquer. Nous avons effectivement constaté que de nombreux surfeurs australiens et américains étaient encore présents à Teahupoo où on pouvait encore profiter d’une forte houle. Nous avons tous été très impressionnés par ces vagues et pourtant nous n’avons probablement vu que des creux de 4 ou 5 mètres au maximum.

Là je le sens pas trop, je vais plutôt attendre les vagues de 15 mètres

Autre particularité de Tahiti : le surf se pratique soit en bord de plage devant les « passes » quand on est juste d’un bon niveau, soit derrière la barrière de corail quand on est d’un très très bon niveau et accessoirement un peu fou. En effet, il faut savoir qu’au-delà de leur taille hors du commun, les vagues se brisent sur la barrière de corail, c'est-à-dire sur un millier de petits couteaux tranchants. Ainsi, quelques jours avant notre arrivée, un basque s’est retrouvé aux urgences après être tombé et avoir été récupéré inconscient sur la barrière de corail par les secouristes.

Au-delà de la contemplation des surfeurs et des vagues, nous avons fait à Teahupoo quelques balades dans l’intérieur des terres qui est très vert et montagneux et qui a des airs de Normandie à certains endroits.

Non c'est pas là que ça ressemble à la Normandie, on vous dira quand ce sera là

Il est fort ce Gauguin quand même !

Alerte, alerte, c'est là, vache égale Normandie

Tel Indiana Jones, nous marchons dans la jungle en nous nourrissant de mygales et de croissants ou alors des papayes mais avec du citron vert

Comme vous le voyez la pluie est toujours très localisée et intense en Polynésie

Nous avons aussi fait le presque tour de la presqu’île au cours duquel nous avons bien apprécié les multiples scènes de cartes postales.

J'enverrais bien le coq qui me réveille le matin en haut de ce pic

Comme le sable noir est jaloux de la couleur des plantes vertes, il les empèche de pousser

Voilà comme ça on dit qu'on vous a déjà envoyé une carte postale

Marine fait sécher son nouveau maillot de bain

Cela nous a donné l’occasion de voir les nombreux vendeurs ambulants au bord des routes qui proposent du poisson ou des fruits.

On est prêts pour une reconversion, il faut juste qu'on investisse dans une table, une chaise et un parasol

Nous nous sommes aussi baignés plusieurs fois avec masque et tubas dans le lagon ceci dans une eau cristalline permettant d'observer les coraux et les poissons multicolores. Nous avons particulièrement apprécié le doublé déjeuner – baignade que nous avons réalisé dans un petit restaurant de bord de mer (le manau plage) situé à côté de Teahupoo.

C'est presque parfait, il faut juste que quelqu'un me gratte l'épaule

Nous nous sommes fait un autre beau festin à coup de langoustes et de poissons crus « chez Loula et Rémy » à l’entrée de la presqu’île de Tahiti Iti.

Merci pour ce bon repas l'ami

J'ai complètement oublié de préciser qu'en plus le patron est un suporter du PSG

Nous avons quitté Teahupoo le samedi 1er juin pour rejoindre la presqu’île de Tahiti Nui.