Salut les petits gars : le voyage des Lacroix !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 5 juin 2013

Arrivée en Polynésie, 3 premiers jours à Tahiti

Après être partis de Nouméa le jeudi 30 mai nous sommes arrivés à Tahiti le mercredi 29 mai. Ce phénomène très étrange a immédiatement fait disparaître trois cheveux blancs de Marine et deux rides de Manu. César qui parlait parfaitement s’est soudain mis à faire mamaaaaaa toutes les 5 minutes, Félix a complètement arrêté de parler russe et chinois et Léonard a continué à jouer au foot.

A l’aéroport de Papeete, nous avons été accueillis par une forte chaleur (on est beaucoup plus près de l’équateur et ici le thermomètre atteint largement 35° en journée alors que nous sommes presque en hiver). Il y avait aussi des musiciens et une danseuse dans la plus pure tradition polynésienne.

Oui on était très attendus en Polynésie

D’une manière générale, on a vite trouvé que Tahiti ressemble beaucoup aux clichés qu’on peut en avoir : un lagon magnifique, du soleil toute l’année, des polynésiens très gentils et accueillants, des polynésiennes très jolies… Vraiment on se sent tout de suite bien et relaxé.

Et un cliché mielleux de plus ! Ils n'ont pas peur du ridicule sur leur blog ceux là...

Puis nous avons rejoint la pension que nous avions réservée juste à côté de l’aéroport pour le premier soir.

Qu'est ce que vous faîtes dans votre voiture, arrêtés en plein soleil avec 40° à l'ombre ?Le lendemain, après avoir récupéré notre nouveau véhicule de location, nous avons mangé dans un petit snack sensationnel dont la salade ananas-crevette et le tartare de thon resteront gravés dans la mémoire de nos estomacs comme un des grands moments de la cuisine polynésienne. Puis nous sommes partis pour Teahupoo sur la presqu’île de Tahiti Iti.

Les enfants ont piqué un bon roupillon lors du long trajet de près d’une heure qui permet d’aller de l’extrémité de Tahiti Nui à celle de Tahiti Iti.

Si j'en vois un qui ouvre un oeil je lui tape sur la tête avec un concombre de mer

Nous étions logés au Vanira lodge, un endroit assez exceptionnel, sur les hauteurs avec une belle vue et de magnifiques maisonnettes en bois. Les douches étaient dignes de la publicité « tahiti douche » si bien qu’on ne résiste pas à l’envie de vous les montrer.

C'est charmant n'est-il pas ?

Vas-y balance le savon !

Teahupoo est un haut lieu du surf mondial, on y trouve un spot qui accueille chaque année le challenge Billabong. Au début des années 2000 un des compétiteurs a surfé sur une vague de 15 mètres qui est considérée comme la vague du millénaire. 15 jours auparavant, alors que nous étions en Nouvelle-Calédonie, nous avions lu un article dans la presse locale qui annonçait qu’on pouvait voir en ce moment des vagues de près de 10 mètres à Teahupoo et que les meilleurs surfeurs du monde étaient tous en train de rappliquer. Nous avons effectivement constaté que de nombreux surfeurs australiens et américains étaient encore présents à Teahupoo où on pouvait encore profiter d’une forte houle. Nous avons tous été très impressionnés par ces vagues et pourtant nous n’avons probablement vu que des creux de 4 ou 5 mètres au maximum.

Là je le sens pas trop, je vais plutôt attendre les vagues de 15 mètres

Autre particularité de Tahiti : le surf se pratique soit en bord de plage devant les « passes » quand on est juste d’un bon niveau, soit derrière la barrière de corail quand on est d’un très très bon niveau et accessoirement un peu fou. En effet, il faut savoir qu’au-delà de leur taille hors du commun, les vagues se brisent sur la barrière de corail, c'est-à-dire sur un millier de petits couteaux tranchants. Ainsi, quelques jours avant notre arrivée, un basque s’est retrouvé aux urgences après être tombé et avoir été récupéré inconscient sur la barrière de corail par les secouristes.

Au-delà de la contemplation des surfeurs et des vagues, nous avons fait à Teahupoo quelques balades dans l’intérieur des terres qui est très vert et montagneux et qui a des airs de Normandie à certains endroits.

Non c'est pas là que ça ressemble à la Normandie, on vous dira quand ce sera là

Il est fort ce Gauguin quand même !

Alerte, alerte, c'est là, vache égale Normandie

Tel Indiana Jones, nous marchons dans la jungle en nous nourrissant de mygales et de croissants ou alors des papayes mais avec du citron vert

Comme vous le voyez la pluie est toujours très localisée et intense en Polynésie

Nous avons aussi fait le presque tour de la presqu’île au cours duquel nous avons bien apprécié les multiples scènes de cartes postales.

J'enverrais bien le coq qui me réveille le matin en haut de ce pic

Comme le sable noir est jaloux de la couleur des plantes vertes, il les empèche de pousser

Voilà comme ça on dit qu'on vous a déjà envoyé une carte postale

Marine fait sécher son nouveau maillot de bain

Cela nous a donné l’occasion de voir les nombreux vendeurs ambulants au bord des routes qui proposent du poisson ou des fruits.

On est prêts pour une reconversion, il faut juste qu'on investisse dans une table, une chaise et un parasol

Nous nous sommes aussi baignés plusieurs fois avec masque et tubas dans le lagon ceci dans une eau cristalline permettant d'observer les coraux et les poissons multicolores. Nous avons particulièrement apprécié le doublé déjeuner – baignade que nous avons réalisé dans un petit restaurant de bord de mer (le manau plage) situé à côté de Teahupoo.

C'est presque parfait, il faut juste que quelqu'un me gratte l'épaule

Nous nous sommes fait un autre beau festin à coup de langoustes et de poissons crus « chez Loula et Rémy » à l’entrée de la presqu’île de Tahiti Iti.

Merci pour ce bon repas l'ami

J'ai complètement oublié de préciser qu'en plus le patron est un suporter du PSG

Nous avons quitté Teahupoo le samedi 1er juin pour rejoindre la presqu’île de Tahiti Nui.

lundi 6 mai 2013

Coolum beach et fin de l'Australie

Nous avons quitté Rainbow beach le 29 avril pour rejoindre Coolum beach à côté de Noosa head, le Saint Tropez australien.

Nous y avons passé une semaine très sympa, à faire du body board ou du surf, du shopping, des balades et bien entendu l'école. Les enfants ont de nouveau pris un cours de surf avec un français très sympa qui s'est installé là pour quelques années. Ils se sont plutôt pas mal débrouillés et ils étaient bien sûr enchantés de cette dernière glissade avant les mers beaucoup plus calmes des lagons de Nouvelle Calédonie et de Polynésie.

Body board pour tous ceux qui ont les cheveux longs

Les enfants estiment qu'ils ont un niveau professionnel

Félix dans ses exploits

Léonard n'est pas en reste

Sinon, on a fait des balades vraiment chouettes, dans le bush ainsi qu'au bord de très beaux lacs.

On cherche s'il n'y a pas Georges de la jungle

Georges ou Tchita, peu importe

C'est un lac, pas une baignoire

Nous avons aussi fait beaucoup de shopping dans les nombreux magasins de bord de plage ainsi qu'au fantastique marché de Eumundi.

Puis, nous avons passé notre dernière soirée dans le camping car avant de le ranger et de démonter/remonter tous les meubles une dernière fois.

Vive le camping car !

Nous avons ensuite pris la route le samedi 4 mai pour rejoindre Brisbane et prendre notre vol pour Nouméa.

Il avance peu ce chameau

Les enfants mangent très sainement

César vous salue

Nous et puis c'est tout

Pour terminer, voici le récapitulatif de notre trajet australien. En bleu apparaissent les trajets en voiture ou en camping car. En rouge apparaissent nos étapes et les trajets en avion.

Notre trajet

samedi 20 avril 2013

One week in Byron Bay

Cela fait une semaine que nous avons posé notre camping-car à Byron Bay, à 100 km environ au sud de Brisbane et ... nous n'avons pas envie d'en repartir. Il s'agit d'une petite ville décontractée sur la côte très connue pour ses nombreux spots de surf qui permettent aux surfeurs débutants comme confirmés de trouver des vagues à leur gout.

Nous avons trouvé un petit camping familial en bord de plage dans le bush, le Clarkes beach holiday park, et l'endroit est vraiment super. On y trouve une grande aire de jeux pour enfants où Léonard et Félix, et même César, ont rencontré de nombreux copains (les conversations sont limités mais les cris et les courses-poursuites ont l'air assez universels) ; on y trouve aussi des barbecues et des tables devant la mer où Manu et Marine apprécient de boire une petite bière en attendant de faire griller leurs saucisses.

On trouve également toutes sortes d'oiseaux qui nichent dans les arbres du camping, des "perroquets arc en ciel", des pintades sauvages et pleins d'autres, mais notre préféré reste le fameux kokaburra. L'un d'eux est presque devenu ami avec Félix qui lui a même présenté son kokaburra en peluche, jusqu'à ce qu'il vienne lui voler sa tartine de nutella en pleine bouche au petit déjeuner. Félix n'a pas du tout apprécié et trouve maintenant que les kokaburra sont des ectoplasmes (oui il est fan de Tintin en ce moment).

A Byron Bay, tout le monde pratique le surf. Ce n'est pas une activité réservée comme sur la côte atlantique à quelques jeunes fougueux. Ici, c'est en famille qu'on va surfer, enfants, parents grands parents, c'est assez impressionnant à voir. Le point break à côté du camping est parfait pour le surf tranquille : les vagues sont très longues, très régulières et on a pied partout. C'est comme une ballade.

Alors bien sur, on ne pouvait pas passer à côté de ça. Manu, Léonard et Félix ont donc pris une demie-journée de leçon de surf sur la plage devant le camping. Marine, dont le dos n'est toujours pas au mieux de sa forme, a préféré rester tranquillement avec César sur la plage. Et devinez quoi ? Ils ont réussi à surfer. Ce n'était pas les championnat du monde mais ils se sont mis debout sur la planche pendant que la vague se déroulait. Ils ont trouvé ça génial (et aussi un peu fatigant quand il s'agit de remonter à contre courant 50 fois de suite).

On a aussi fait quelques balades, dont l'une, au milieu du bush, rejoignait le phare le plus méridional d'Australie. De là nous avons eu un beau point de vue et avons aperçu quelques dauphins.

Bref, on a adoré Byron Bay et on est tous tristounes de partir même si on commence à savoir que c'est le principe de notre voyage et que les prochaines étapes seront sûrement fantastiques.

mercredi 20 mars 2013

3 jours sur la great ocean road

Du jeudi 14 au dimanche 17 mars

Great ocean road

Après 5 jours à Melbourne, nous nous sommes dirigés vers le sud-ouest pour rejoindre la Great ocean road, la route mythique du surf australien.

Comme on a remarqué que certains (par ex Bruno T.) aiment bien savoir où on se trouve, on a décidé de toujours commencer par un petit couplet anglo-géographique.

Very interesting my dear, but where is the "grec ton chien rode" ?
No rapport with the grecs, it is the great ocean road and it is there

Voici la great ocean road (GOR pour les intimes)

Les amateurs de cinéma apprécieront certainement de savoir que la dernière scène du film Point break avec Keanu Reeves et Patrick Swayze se passe sur la plage de Bells au tout début de la Great ocean road. Petit message personnel : les photos des plages de surfs sont dédiées spécialement à Louis Mordier qui a demandé à Léonard et Félix de mettre des photos de surf sur le blog.

bells beach

ouah, t'es fort le gars !

La route débute à Torquay où nous nous sommes arrêtés pour déjeuner et visiter le musée du surf.

T'as le look coco (heureusement car tu ne sais pas surfer)

Grosse vague petit bonhomme

Nous avons ensuite aperçu la fameuse Bells beach sur laquelle se déroule chaque année les championnats du monde de surf (qui devaient avoir lieu la semaine d'après), puis la ville d'Anglesea où nous avons pu voir des centaines de Kangourous en liberté qui se sont établis sur le terrain de golf.

Hello Kangoo

Nous nous sommes ensuite rendus à Lorne où nous avions loué un cottage pour 3 nuits. Le lieu était assez étonnant, nous nous sommes trouvés dans une sorte de chalet au milieu du bush (aucun rapport avec Georges, c'est comme ça qu'on qualifie la brousse ici) avec des dizaines de cacatoes (oui, le nom aussi nous fait beaucoup rire) qui sont venus nous souhaiter la bienvenue en s'installant autour de notre chalet pour nous observer (ça faisait peur de se sentir observé comme ça, ils ont un regard presque humain, si si je vous jure !).

T'as fait cacatoès

Depuis Lorne, nous avons réalisé des sauts de puce pour découvrir cette fameuse route qui longe l'océan pacifique sur plus de 100 km avec des points de vue spectaculaires. Cela nous a donné l'occasion de voir des koalas qui se la coulaient douce sur des eucalyptus ainsi que des très beaux perroquets. Leonard a d'ailleurs eu l'occasion de caresser un gros koala tout doux...

Mon gros koala

Qu'il est doux le gros koala !

Nous avons enfin poussé la coquetterie jusqu'à rejoindre les fameux 12 apôtres qui sont des roches calcaires dans l'océan qui donnent à la côte un air d'Étretat.

twelve apostles

Le dernier jour, nous nous sommes couchés de bonne heure car nous devions nous réveiller à 5h30 pour aller prendre notre avion à Melbourne direction Sydney. Nous avons cependant très peu dormi tant le vent et la pluie étaient violents. Nous avons appris le lendemain que le grand prix de F1 qui devait se tenir à Melbourne avait dû être repoussé tant la pluie avait été forte.